Fiche n°226 : Un jour je serai Invincible d'Austin Grossman

Publié le par Aneria

Couverture :
 

Informations Complémentaires : 
http://critic.fr/detail_livre.php?livre=32342 

Résumé :

Le Docteur Impossible croupit en prison depuis sa dernière tentative de prise du contrôle mondial. Lui, l'homme le plus intelligent de la planète, le fléau du monde, rumine et prépare son nouveau plan. Après l'enlèvement du président des USA, les attaques de dinosaures et les manipulations informatiques, une nouvelle idée bien plus diabolique a germé dans son esprit génial.
Mais cette fois, il le sait, son plan est infaïble...

Mon avis :
On commence à le savoir, il y a de tout chez Interstices. Et finalement, pas exclusivement du bon. De l'original, surtout.

Un jour je serai Invicible
y trouve ainsi parfaitement sa place : nouveau morceau de Transfiction bien barré, ce premier roman plante un décor tout à fait original : le monde vu par le yeux de deux surhommes. D'un côté, le Super Vilain le plus intelligent et terrifiant de la planète, de l'autre, une femme à demi-cyborg propulsée au devant de l'affiche.
Dans un monde où les super humains sont aussi fréquents que les boulangeries dans un village français visité par des cars de touristes étrangers, ça promet.

Pour un premier roman, Austin Grossman assure, y a pas à dire. Le style est fluide, le monde est bien foutu, on sent une certaine expérience... Ah bah oui, issu du jeu vidéo...Forcément !
Un jour je serai Invicible, c'est de l'action, mais aussi et surtout le monde vue au travers d'un masque et d'une paire de collants. C'est surtout le point de vue sur le monde qui nous éclate. Qu'est-ce que ça fait d'avoir des rayons lasers qui sortent des yeux, des griffes qui sortent des mains ou des flammes qui sortent du cul, c'est bien un sujet que l'on connaît, d'autant plus lorsqu'on lit des comics d'hommes volants bariolés. Mais là, le leitmotiv est centré sur la différence, pas la super-différence... Un monde que l'on voit autrement, des pensées et des sentiments de célèbrités qui se retrouvent, souvent malgré elles, leviers pour soulever le monde.

A l'instar de Star Trek (j'en vois déjà qui rigole…), ce roman d'aventure fait rimer humour et pathétique, met le lecteur à la place de l'autre, dans sa tête, dans ses peurs, dans ses rêves, qu'il n'aurait jamais pu comprendre autrement.

Au final, on se lasse presque des frasques de Fatale, et on trépigne de retourner dans le cerveau infame du Docteur Impossible. Une différence de qualité de récit et d'idées qui commence un peu à pèser à mesure que l'on avance.

Efficace et bien traduit, on aurait là les ingrédients d'un excellent roman... Seulement l'auteur ne va pas au bout de son procédé. D'autant que ce sont là des problématiques qui ont déjà été abordés par bien d'autres plumes. Au final, on reste un peu sur sa faim, dans cet univers qui manque assez vite de profondeur et est marqué par des influences et analogies bien évidentes (Corefire et Superman, pour ne citer qu'eux).
Ce roman reste quand même un sacré bon moment, d'autant plus pour ceux que les super-héros éclatent. 
Par contre, si ils vous gonflent...

...

...

...

Lisez Umbrella Academy...?

7/10 Super Méchants, Super Pouvoirs, Super Bastons, Super ambitions. Mais pas jusqu'au Super Bout !
Un jour je serai Invicible est un bon premier roman, mais manque de super-cojones
, c'en est d'autant plus dommage qu'il avait carrément du potentiel.
A Réserver plutôt aux super-lecteurs et amateurs de Série B !

Publié dans Critiques Fantastique

Commenter cet article