Fiche n° 213 : La Suite apocalyptique (Umbrella Academy 1) de Way et Ba

Publié le par Etienne

Couverture :


Résumé :
A la suite d’un événement extraordinaire, quarante-trois enfants naissent spontanément de femmes qui ne montraient jusqu'alors aucun signe de grossesse. Sir Reginald Hargreeves, inventeur multimillionnaire, adopte et élève sept de ces enfants exceptionnels dans l’espoir de sauver le monde. Les enfants grandissent, leurs exploits au sein de l’Umbrella Academy se succèdent, les crises familiales également…jusqu’à la dissolution du groupeDe nombreuses années passent avant que les membres de cette famille dysfonctionnelle se retrouvent autour de la tombe de leur père adoptif et se déchirent à nouveau. Mais ces retrouvailles coïncident étrangement avec l’apparition d’une nouvelle menace sur terre.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=31924

Mon avis :
En voyant la couverture d’Umbrella Academy, en ouvrant le tome et en lisant la première page, il est difficile de résister à la tentation de le dévorer. Dans la lignée des BD et comics décalés, à la Transmétropolitain ou Mutafukaz, Umbrella Academy nous appâte avec une première image géniale: un combat de catch entre un poulpe bleuâtre à l’œil exorbité et un mastard de 200 kilos lui tombant dessus, exécutant ainsi la technique dite de «la descente du coude atomique ».

S’enchainent ensuite un plan de bébé ensanglanté, un vieil anglais faisant quelques passes d’escrimes sur un chantier archéologique, puis sept portraits de bébés, les yeux masqués par un loup noir « super-héros-like », tous aussi moches les uns que les autres.

D’emblée, le décor est planté, les personnages campés, ne reste plus qu’a lancer l’intrigue. Et comme première apparition de nos bambins super-héros (ils ont six ans environ et se la jouent déjà sauveurs de la Terre,), la Tour Eiffel devenue dingue, guidée par le Zombie d’Eugène Eiffel. Oui, c’est complètement idiot. Mais c’est là que réside l’attrait de ce comic : un scénario complètement dingue servi par des dessins simples mais originaux, toujours maitrisés, avec la touche d’humour qui fait la différence, malgré un ton globalement sombre, voire un peu glauque dans certains passages. En même temps, quand on sait que le scénario est écrit par Gerard Way, le chanteur du groupe My Chemical Romance, et qu’on connait un peu le personnage, ne serait-ce que de vu, on ne s’étonne pas trop de l’impression d’être tombé dans un univers crade, sorte de Gotham général où manque cruellement Bruce Wayne. Les personnages sont cohérents, et sortent des sentiers battus, tout en gardant un côté humain très attachant, et on se prend rapidement au jeu de ces hommes et femmes perdus dans des intrigues qui les dépassent, possesseurs de pouvoirs qui leurs sont parfois montés à la tête, voire à l’absence de capacités, situation qui peut rapidement mener au désespoir.

Globalement, c’est un excellent comic, à la fois drôle et dérangeant, cependant un léger bémol est à apporter au niveau de l’intrigue générale, surtout de la fin. Tout va très vite, un peu trop vite, impression de bâclée, que tout est fini trop rapidement. On a le sentiment que les auteurs se sont dépêchés de finir l’histoire, alors qu’il aurait peut-être fallu se concentrer sur le scénario principal, quitte à éclipser certaines intrigues parallèles qui ne font que ralentir le rythme.

En dépit ce léger point faible, La Suite Apocalyptique est un excellent premier tome, d rôle, décalé comme on les aime, et qui se révèle extrèmement efficace.

8/10 Super-Héros, Super-Méchants (parfois zombies), dessins efficaces, humour décalé=super-comic.

Etienne

Publié dans Critiques Comics

Commenter cet article

cpt flem 26/08/2009 13:56

j'ai commencé sa lecture suite à divers articles lus içi et là et ..... bof .

je ne trouve pas le graph accrocheur , mais j'ai encore surtout l'impression que les scénaristes de comics ne savent plus quoi inventer afin d'essayer de délivrer une histoire qui sortent des sentiers battus .

Certes l'idée de la tour Eiffel dirigée par l'esprit de Gustave m' a fait sourire mais ce n'est pas suffisant . Peut être en attendais je trop de ce comic précédé de tant de tapage positif...

Je préfère dans le même format et l'esprit un peu décalé ,la série des "Invincible":)

Simatural 12/06/2009 21:10

Je viens d'essayer... ben pas très fan non plus. Généralement j'aime bien le grand n'importe quoi mais là non... dans le genre, j'ai largement préféré Freak's Squeele.

C... 13/05/2009 20:50

Bon... je viens de le lire (depuis le temps...)
Et franchement, je suis pas trop emballé... Pas au niveau d'Aneria, mais bon... Sympa, surprenant les quelques premières pages, avec ce côté complètement décalé intéressant... Mais ensuite, je trouve que ça perd grandement de charme... voilà, c'est dit ;-)

Aneria 11/04/2009 11:44

Bon, j'ai rongé mon frein un maximum, mais non, je n'en peux plus... Je préviens par avance que mon opinion, si méchante puisse-t-elle être n'engage QUE MOI. D'autant plus que je suis dans les marginaux niveau avis. Bref, faut que ça sorte !

Umbrella Ac est un comic super "in", mais totalement surfait.
Après le tabula rasa du 11/09/01 dans la BD US, on a eu du bon et du nettement moins bon qui est venu de tous le côtés, et aussi et surtout un grand nombre de séries potaches repompant d'anciennes prod'...

Je suis particulièrement réservé quant à ce comic particulier. Pas mauvais, non. Mais Umb' Ac' n'en reste pas moins loin des richesses qu'on lui prête. On nage régulièrement en plein clichés, l'intrigue et les dessins ressemblent beaucoup a des comics moins main stream (voir du sou-Mignola, comme ça l'argument "tu devrais aimer toi qu'est fan d'Hellboy" ne tient plus !) et donc peu considérés.

Certes, les qualités qu'on peut y trouver sont réelle. Mais non, ce comic numéro 1 des BD (Bobos Débutants, ceux qui tiennent des leçons en aillant lu ça et vu The Dark Knight au cinoche... Ouais, j'en ai rencontré...) n'a rien inventé, il ne fait que reprendre des poncifs de culture "série B" US, voire même les principes même de la BD sauce 90's.

Umbrella Academy n'est pas pour autant un mauvais morceau, j'insiste. Je dirais ça : "pas mal". Sans plus.
Seulement, il y a tout un battage autour, notamment, en effet, du au scénariste. Et faire des montagnes d'un taupe creusant le jardin de chez Dark Horse, je ne peux pas rester muet.

*reprend son souffle et son sourire de salopard*

J'me permets JUSTE une toute petite pic, que je veux TOTALEMENT inoffensive, qu'on soit d'accord... Si cette conclusion suffisait pour faire un super comic book, la nouvelle série de Spidey (post Civil War) serait génial...
Et si c'était vrai...

A bonne entendeur !
*bourru, mais content*