Fiche n° 833 : Goût Décès (Tony Chu : Détective Cannibal 1) de Layman & Guillory

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
tony_chu.jpg

Résumé :

L'inspecteur Tony Chu possède un don pour le moins étrange : il est cibopathe. Cela signifie qu'il est capable de retracer psychiquement la nature, l'origine, l'histoire, et même les émotions, de tout ce qu'il mange. Ce qui ne l'empêche pas d'être aussi un policier tout à fait respectable... lorsqu'il ne goûte pas à la victime d'un meurtre afin de découvrir l'identité du coupable et ses motifs.


Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Le détective Chu a un talent un peu particulier : il est cibopathe. En ingérant un aliment, il en connaît absolument tout, de ses origines à son conditionnement. Manger une pomme est déjà un exercice difficile en soi quand on est submergé par une masse d'informations sur le pommier ou les pesticides employés alors imaginez ce que représente pour lui l'ingestion d'un steak. Un seul produit neutralise son étrange capacité : la betterave. Du coup, Chu ne se nourrit quasiment exclusivement que de ça ; ce qui ne va sans provoquer une certaine hilarité chez ses coéquipiers. Ces capacités hors-normes lui valent d'être recruté par le service fédéral de lutte contre le trafic de .... volaille. Depuis une pandémie de grippe aviaire, les USA sont revenus à l'époque de la prohibition. Gare à celui qui se promène avec 500 grammes de blanc, c'est dans les 5 ans ferme que ça va chercher !

Voilà un pitch pas banal, prétexte bien sûr à faire ingurgiter à Chu toutes sortes de saletés plus ignobles les unes que les autres pour les besoins de ses enquêtes. Du poulet de contrebande jusqu'au chien avarié en passant un doigt décomposé, Chu n'a pas fini d'en voir et le lecteur de se marrer. Ajoutez à ça une galerie de personnages pas piqués des hannetons (Chu n'est pas seul à avoir des capacités étranges) et de l'action non-stop et vous obtenez l'une des très bonnes surprises de cette année au rayon comics.
Le trait cartoonesque est punchy à souhait et sert parfaitement cette double identité de Chu : être un comic franchement drôle tout en abordant des thèmes pas forcément joyeux
Par contre, pourquoi avoir adapté le titre de la série originale (Chew, c'est à dire mastiquer) en Chu ? Je chipote mais ça perd beaucoup de son sel, si je puis dire, et le titre en devient trompeur puisque le personnage principal n'a pas d'inclinaison particulière pour la chair humaine. En tout état de cause, les auteurs ont réussi un chouette numéro d'équilibriste entre situations absurdes et ambiance glauque qui donne à Tony Chu un ton très particulier et résolument unique. Vivement la suite.

8/10 Oui, voir quelqu'un manger un chien avarié, ça peut être drôle. Un comic savoureux à dévorer (j'ai pas pu m'en empêcher).

Winter

Publié dans Critiques Comics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article