Fiche n° 694 : Le Dragon du Roi (La Couronne d'Etoiles 1) de Kate Elliott

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
dragon_roi.jpg

Résumé :

Wendar est un pays déchiré.
Le règne du roi Henry est contesté depuis longtemps par sa sœur Sabella qui rallie de plus en plus de nobles à sa cause. Aux luttes intestines s’ajoutent les raids meurtriers de deux races inhumaines, et ces esprits ténébreux, les Disparus, qui errent à la nuit tombée.
Au cœur de cette tourmente, deux innocents doivent accomplir leur destin : Alain, un jeune homme adopté, guidé par une vision, et Liath, une jeune femme qui pourrait bien changer le cours de l’histoire.
Luttant âprement pour survivre, ils sont entraînés dans une guerre aux enjeux démesurés, dont l’issue ne dépend pas de l’épée, mais de la magie…

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=35814

Mon avis :
Á la lecture de la quatrième du Dragon du Roi, difficile de relever un élément original qui ne nous donnerait pas envie de le reposer aussitôt. En effet, son résumé pourrait bien être celui d’une centaine d’autres romans de fantasy pour peu que l’on change le nom des personnages et des lieux. Et, effectivement, le premier tome de la Couronne d’Etoile croule sous les clichés : des intrigues de cours, une jeune adolescente qui possède un savoir interdit, un jeune adolescent qui veut devenir un grand guerrier, un prince bâtard mi-humain mi-on-ne-sait-pas-quoi, un roi qui se meurt d’amour, un reine qui veut devenir « calife à la place du calife », tous les archétypes du genre sont réunis pour le pire et le meilleur.

Pourtant, après la lecture de la préface, on n’est plus aussi sûr de vouloir lâcher le roman. Cette jolie entrée en matière pose une histoire certes classique mais bien racontée. La plume de Kate Rasmussen – de son vrai nom – surprend agréablement. De fait, une fois notre attention captée, on se laisse convaincre de suivre un peu plus les destinées de Liath et Alain.

Tous deux se partagent alternativement les chapitres de la première partie avant que d’autres protagonistes ne se voient confier la responsabilité « des premiers rôles » dans la seconde moitié, déployant l’intrigue vers des cercles toujours plus larges. Chahutés par les évènements, Liath et Alain sont plus spectateurs qu’acteurs de la lutte pour le trône. Venant tous deux de milieux plutôt modestes, ils n’ont pas l’autorité suffisante pour agir sur la situation. Du moins, pas au début. Toutefois, si leur passivité peut se révéler agaçante, elle est justifiée au travers de cet univers cruel et injuste où la religion punit tout ce qu’elle considère comme hérétique, où l’esclavage pousse certains à des extrémités, où les puissants ne rêvent que grimper plus haut encore sur l’échelle, peu importe le nombre de victimes et les moyens mis en œuvre pour y arriver.

On se dit alors que La Couronne des Etoiles pourrait bien faire parti de ces séries qui, si elles ne révolutionnent pas le genre, font passer un très bon moment de lecture. La suite du roman le situe quelque part entre Le Trône de Fer et L’Arcane des Epées. Du premier, il possède les intrigues politiques à foison et le lourd background historique, du second il se rapproche par son côté classique assumé mais maîtrisé.

7,5/10 S’il lui manque du caractère, Le Dragon du roi possède bien d’autres atouts pour vous charmer. De là à prétendre jouer dans la même cours que L’Arcane des Epées, seule la suite la Couronne d’Etoile nous le dira. Sachant que cette suite ne compte pas moins de six tomes.

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article