Fiche n° 697 : La Mort du Privé (Lincoln Perry 1) de Michael Koryta

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :

mort_prive.jpg

Résumé :

Wayne Weston, détective, est retrouvé mort dans sa maison d´une banlieue chic de Cleveland. La police pense d´abord à un suicide, mais chose étrange, sa femme et sa fille de cinq ans ont également disparu. Le père de Weston décide alors d´engager Lincoln Perry et Joe Pritchard pour élucider cette affaire. Ceux-ci découvrent que derrière tout cela il y a des dettes de jeu, une extorsion de fonds, une bande de Russes dans le crime organisé. L´affaire devient de plus en plus délicate à résoudre.

 

Informations complémentaires :  Ici

Mon avis :

Christopher Paolini a écrit Eragon à 16 ans et tout le monde le sait. Difficile en effet de passer outre la compagne de pub de son éditeur qui mettant en avant son jeune âge. Détective privé, Michael Koryta a écrit La Mort du Privé à 21 balais. Et, en plus, c'est un prodige de la littérature policière.

Encensé par Michael Connelly, Michael Koryta nous livre un polar prenant et passionnant dans la droite lignée d’écrivains comme Roberts Crais et… Michael Connelly. Du premier, on retrouve le duo de détective qui fonctionne à merveille et l’humour qui allège certaine scène plutôt sombre. Du second, on retrouve l’impossibilité de mettre un nom sur un/des coupable(s) sans être aussitôt détrompé avec comme parfait exemple, cette révélation finale surprenante mais si bien préparée qu’elle paraît logique. Ce n'est pas non plus du côté des personnages que Koryta monte habilement et justement (tant Joe que Lincoln possèdent l'épaiseur que l'on peut espèrer dans un polar) ni au niveau de l'ambiance que l'on mettra ce jeune auteur en défaut. En plus du Los Angeles de Connelly, du Boston de Lehane, il faudra maintenant compter avec le Cleveland de Koryta.


Finalement, le seul reproche que l'on pourrait adresser au jeune auteur serait de ne pas avoir encore de patte bien à lui mais on serait peut-être injuste de lui en tenir rigueur ; écrire un polar de cette qualité et surtout de cette maturité à son âge n'est pas donné à tout le monde. Aussi, on attendra la suite pour lui en demander plus. Une suite que l'on lira rapidement...

8/10 La Mort du Privé, c’est un excellent début dans le monde du polar. Pas très original dans le fond mais franchement bien ficelé. Si vous aimez les bons p’tits polars avec des personnages récurrents, retenez bien ce nom : Koryta. La Mort du Privé oui mais la naissance d’un grand auteur aussi.     


Simatural

Publié dans Critiques Policier

Commenter cet article