Fiche n° 638 : Au bord du gouffre (La Chronique des Immortels 1) de Von Eckartsberg et Von Kummant, d'après Hohlbein

Publié le par C...

Couverture :
la-chronique-des-immortels.jpg
Résumé :
De retour dans sa vallée natale, Andrej Delany retrouve son fils torturé, agonisant dans le village abandonné et Frédéric, un jeune témoin qui a assisté impuissant à ce qui s’est passé. Des hommes d'eglise et des soldats de l’Inquisition ont massacré et déporté les villageois, sous prétexte que les Delany ont des pouvoir surnaturels de sorciers…


Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=14631


Mon avis :
       Petit village de Borsa, non loin de la Turquie, il y a bien longtemps. Andrej Delany revient chercher son fils Marius, qu'il a laissé là, dans ce village qui l'a condamné et exilé, des années auparavant. A son retour, la mort. Le village est désert. Seuls survivants, son fils dont il ne peut qu'abréger les souffrances, et un ami de celui-ci. Dans la Grande Halle, un charnier. Le responsable ? Des hommes d'Eglise, l'Inquisition. Poussé par le jeune garçon, Andrej part à la recherche des quelques survivants. Sur la route, les meurtriers laissent derrière eux quelques indices macabres...

       La chronique des Immortels est un long périple vers la vengeance, vers le repos, où l'on apprend à connaitre le personnage d'Andrej, son histoire, son passé tourmenté, sa malédiction. Cette malédiction qui l'a fait exiler dans le passé, qui a fait que ce village qu'il a quitté a été saccagé, que de mystérieux guerriers ont compris, alors que lui n'y voit que souffrance. Andrej est un immortel...

       Ce premier tome est un étrange mélange, à trois niveaux. D'abord, scénaristiquement, où l'on oscille entre une simplicité déconcertante (des morts, une vengeance...) et un fond, un trame d'une grande richesse, où de nombreux éléments restent dans l'ombre. On se demande où va bien pouvoir nous emmener le tome 2.

       Ensuite, au niveau de l'ambiance, du rythme, où l'on a, d'un côté une narration très posée, froide, presque désabusée, et de l'autre, de l'action pure et dure, du sang, des flammes, et des combats très esthétiques, presque chorégraphiés.

       Enfin, et c'est le plus frappant, les dessins. D'un côté, les décors superbes, très réalistes, aux couleurs très nuancées, avec de nombreux effets. De l'autre, les personnages, tout aussi beaux, mais beaucoup plus lisses, surtout en ce qui concerne les couleurs. L'ensemble pourrait donc sortir au final d'un dessin animé. Cela rebutera peut être certaines personnes, mais ce qui est sur, c'est que cela confère une originalité supplémentaire à cette bd, qui gagne en plus graphiquement les avantages de l'animation : l'expressivité des personnages, la fluidité des mouvements...

       Tous ces mélanges font donc de ce premier tome une bd très réussie et surtout, très typée, de la très bonne heroic fantasy sans fioriture (comprendre : sans elfe et sans magie), avec une vraie classe. Reste à savoir comment les auteurs vont réussir à trouver une fin convaincante dans le prochain tome.


8,5/10 De l'heroic fantasy, de la vraie, avec du sang, des muscles, sans elfe et sans magie. Un excellent premier tome, d'une grande originalité, tant graphique que scénaristique.

C...

PS : Ayant fait cette critique il y a pas mal de temps, j'ai depuis eu la réponse à mon interrogation finale... Ils contournent la difficulté, et ont finalement prévu une trilogie... On ne va pas s'en plaindre.

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article