Fiche n° 904 : Spiderman (1 & 2) de Hine, Sapolskey & Di Giandomenico

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
spiderman_noir.jpg

Résumé :
La collection Noir est l'un des plus grands succès de la gamme 100% Marvel cette année. Les super-héros à la sauce polar rencontrent un grand engouement auprès des lecteurs. L'année 2011 sera d'ailleurs l'occasion de nouvellespercées dans cet univers, mais en attendant, retrouvons le héros qui a inauguré la collection en 2009 : Spider-Man. Le Français Fabrice Sapolsky s'associe une nouvelle fois à David Hine pour scénariser cette nouvelle épopée, toujours illustrée par Carmine Di Giandomenico. Maintenant que la ville de New York est débarrassée de Norman Osborn et que Roosevelt semble remettre l'Amérique sur les rails, Peter Parker va-t-il pouvoir souffler ? Non, car c'est maintenant aux pires ennemis de Spider-Man de faire leur apparition dans leur version polar !

Informations complémentaires :
tome 1 :  ICI
tome 2 : ICI

Mon avis :
Je vous avais déjà fait part sur les pages de ce blog du bien que je pense d'un autre volet de la collection Noir de Marvel, celui consacré aux X-Men. La sortie du second tome de Spider-Man Noir est l'occasion pour moi de revenir sur l'initiateur de cette collection, notre bien aimé tisseur des familles. Rappelons brièvement que le principe de cette collection est de mettre en scène les personnages classiques de la maison des idées dans un cadre de roman noir en laissant aux auteurs une certaine liberté dans leur réinterprétation. Une sorte de Elseworld à la sauce Marvel si on veut. Sauf que jusqu'à présent, la majorité des tentatives de Marvel dans ce domaine a rarement été à la hauteur des projets de la Distinguée Concurrence et en ce sens, les deux volumes de Spider-Man Noir sont de très agréables surprises.Le trio européen aux manettes a largement dépassé les impératifs du cahier des charges en extirpant de l'original ses éléments fondamentaux, reconnaissables par tous et en les colorant en Noir.

Les éléments immédiatement reconnaissables, ce sont bien sûr les personnages qui forment l'univers de Spider-Man : Tante May et Oncle Ben, Jameson et le Daily Bugle, la galerie d'ennemis classiques de l'Homme-Araignée. Mais ce sont aussi les évènements structurels de cet univers : l'acquisition des pouvoirs, la motivation pour aller au combat par exemple.Hines et Sapolsky ne négligent rien et adaptent tout cela à merveille à l'ambiance de la prohibition et du crime organisé.

Et quelle meilleure figure tutélaire du milieu que Norman Osborn, la nemesis, l'arch-ennemi du Tisseur ? A sa suite, les Executioners et notamment un terrible Adrian Toomes. Ses capacités dans l'univers Marvel classique ont toujours été limitées et le personnage guère intéressant. Sa version Noir est autrement plus inquiétante. Le second tome met en avant un certain Otto Octavius, dans un rôle de savant dénué de scrupules qui n'est pas sans évoquer d'autres immondes expériences qui eurent lieu dans les années 30 et 40. Avouez qu'on est assez loin de la figure bonhomme du Doc Octopus habituel ! Et il en va de même de presque tous les personnages. Vous trouviez Felicia Hardy sexy ? Attendez de voir cette version de Black Cat ! Même le personnage de Tante May est correctement exploité en passionaria socialiste ! Je ne vais même pas commencer à évoquer Ben Urich, qui trouve là son meilleur emploi depuis Born Again, rien que ça.Bien sûr, les auteurs ne sont pas partis de rien. On retrouve ici des éléments recyclés de variations précédentes du thème principal. Je pense à la toile désormais organique du Tisseur, comme ses avatars des lignes 2099 ou Ultimate. De même, l'origine des pouvoirs de ce tisseur est beaucoup plus proche de ce que J.M. Straczinski avait essayé de poser lors de son run sur la série classique que des origines « piqûre d'araignée radioactive ».Il règne un certain flou à ce propos dans le récit ainsi que dans l'évocation des pouvoirs des uns et des autres. Nulle mention précise de la force ou de l'agilité de chacun comme la ligne classique mais une attention de tous les instants à l'ambiance !

Le récit est beaucoup plus violent que l'original mais aussi beaucoup plus mature.Après ces deux volumes, on souhaiterait légitiment que Marvel continue sur une si belle lancée.

8.5/10 Un Spider-Man brillamment exécuté par des auteurs qui ont su à merveille profiter du jouet qui leur a été confié. Noir c'est Noir et on aime ça !

Winter

Publié dans Critiques Comics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article