Fiche n° 901 : Dead Kennedy de Sean Stewart

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
dead_kennedy.jpg

Résumé :
William « Dead » Kennedy, 32 ans bien tassés, est un homme hanté. Par sa famille, par son ex-femme qu’il ne parvient pas à oublier, par toutes ces chansons de rock qu’on n’arrive pas à se sortir de la tête. Mais surtout par des morts. Littéralement. Des morts qu’il est le seul à voir, depuis son enfance, qui tous lui demandent des réponses – jusqu’à son oncle Billy, depuis longtemps décédé, qui l’exhorte à régler ses comptes avec son passé… Pour ne rien arranger, il vient de perdre son boulot dans une boutique animalière de Houston, son air conditionné vient de rendre l’âme, sa fille de douze ans a décider de s’occuper de son cas et il rêve de routes fantômes en noir et blanc… Alors quand un cousin éloigné – toujours se méfier de la famille – l’appelle au milieu de la nuit pour lui demander de le débarrasser d’une jeune morte qui hante son garage, Will y voit un moyen de se faire facilement quelques centaines de dollars. Sans se douter que ses problèmes ne font que commencer…

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Oubliez cette couverture tirée d’une brochure HADOPI, oubliez ce titre peu séduisant (Perfect Circle, c’était quand même mieux !), oubliez que vous n’aimez pas – ou croyez ne pas aimer – le fantastique et lisez Dead Kennedy.

Dead Kennedy, ce sont des phrases tellement qu’elles sont belles qu’on a envie de les lire à voix haute. Ce sont des mots simples, des mots de la vie de tous les jours, des maux d’amour, des mots grossiers, et qui, mis les uns à côté des autres, font mouche, vont droit au cœur, et donnent aussi sûrement à réfléchir que les mots compliqués des romans compliqués. En somme, Dead Kennedy, un peu comme si Renaud avait écrit un roman fantastique.

Dead Kennedy, c’est l’histoire d’un type un peu paumé qui voit des fantômes.
Dead Kennedy, c’est l’histoire d’une fille qu’il n’arrive pas à oublier.
Dead Kennedy, c’est l’histoire d’une fille, une autre, qui grandit et qui l’oublie.
Dead Kennedy, c’est l’histoire de toutes ses chansons qu’on n’arrive pas à oublier.
Dead Kennedy, c’est l’histoire d’une famille, d’une ville, d’un pays qui n’arrivent plus à rêver.

Dead Kennedy, c’est un conte pour adultes, un conte de la folie ordinaire, un texte fantastique, un fantastique texte, un prétexte à une chronique sociale, une chronique de vie et de mort, une nique-de-vie avec laquelle on doit quand même composer.

L’auteur du best-seller Cathy’s Book, du très bon Fils de Nulle Part et de l’excellent Oiseau Moqueur nous livre son meilleur roman à ce jour. Il ne faut que quelques pages pour s’enticher de William « Dead » Kennedy, un gentil looser comme la littérature sait si bien les mettre en scène. Dès lors, l’auteur joue sur tous les registres, pince toutes les cordes ; celles qui font rire, celles qui donnent les larmes aux yeux, celles qui font se souvenir. Parce que c’est de cela dont il est finalement question dans Dead Kennedy, du souvenir, de la nécessité d’avancer, de vivre sa vie même si elle peut paraître aussi nulle qu’une chanson de Vincent Delerm.     

« Dans mon épuisement, je me rappelle avoir pensé que l’amour est comme un frigo. On se prend pour une personne capable de rire, de parler et de bouger, mais on se trompe. À n’importe quel moment, votre moitié peut vous farfouiller dedans, en ressortir votre cœur et partir avec. On ne peut pas l’empêcher. Cette porte-là, impossible de la laisser fermée. »

9,5/10 Avec Dead Kennedy, Sean Stewart prouve qu’il est égal d’un Neil Gaiman ou d’un Graham Joyce, et l’un des maîtres du fantastique.  Dead Kennedy est son chef d’œuvre. Faites-vous du bien, allez donc le lire !

P.S. : Bravo au traducteur.
Pas bravo à Calmann Lévy pour avoir saccagé la maquette de l'excellente collection Interstices.

Publié dans Critiques Fantastique

Commenter cet article

eric 02/03/2011 23:57


Mais c'est un réel plaisir Jean Christophe, surtout pour des livres de cette qualité ;o)


jean-christophe 01/03/2011 22:27


j'ai suivit l'indication très claire en boutique (5 piles du meme livre cote à cote)...sans regret !
original, prenant, ne tombe pas dans la facilité, ecriture & traduction de qualité.

merci à vous !


Diablo Loco 02/02/2011 10:06


A Acheter.

Merci qui?


Mat' 31/01/2011 17:31


Chouette, dans ma pal. Et vite.

Pour "traducteur" je ne vois pas où est le problème pour ma part. Le terme peut être pris au sens général...


Nathalie Mège 31/01/2011 16:54


Merci du traducteur, qui est une traductrice, mais je prends ça aussi pour un compliment ;-)

PS Lorsqu'on mentionne systématiquement le nom du traducteur avec les autres références de l'ouvrage, on évite ce genre de gag ;-)