Fiche n° 897 : Au Coeur du Mirage (Les Faiseurs de Mirage 1) de Larke

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
Au_coeur_du_mirage.jpg

Résumé :

Sous le règne de l’Exaltarque, l’Empire tyréen a assis sa suprématie militaire sur tout le monde connu. 

Sa dernière campagne, quelque vingt-cinq ans plus tôt, s’est soldée par une victoire éclatante sur la Kardastie, où les Tyréens ont défait la classe régnante des Magoroth et imposé leurs propres chefs.

Mais il reste, dans un désert inaccessible, une poignée de magiciens qui tient tête à l’envahisseur. Ligéa Gayed est l’un des meilleurs agents de la Confrérie, le réseau d’espions personnel de l’Exaltarque. Ses origines kardies vont lui permettre d’infiltrer la résistance afin d’identifier et éventuellement d’arrêter ses leaders. 

Une mission qui va se révéler plus délicate que prévu : les rebelles paraissent jouir de pouvoirs immenses, comme celui de changer d’apparence. 

Et il semblerait que Ligéa partage avec eux bien plus que leur couleur de peau...

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Après les Îles Glorieuses, Pygmalion poursuit la traduction en France de Glenda Larke avec Les faiseurs de Mirages.

Si sa précédent trilogie n’était pas exempte de défauts – cf ICI et ICI –, elle se révélait toutefois rafraîchissante avec son univers original, ses personnages fascinants et ses bonnes trouvailles par dizaines. Le second tome se permettait même de hausser le ton, et peut être considérer comme un très bon roman de fantasy (à mon sens, le premier et le troisième ploient trop sous le poids d’une multitude de petits défauts pour mériter ce titre).

Les Faiseurs de Mirages réussit le tour de force de s’appuyer sur toutes ces qualités, d’en forger de nouvelles (mais nous y reviendront) et de passer à la trappe ou tout du moins, au second plan les points noirs qui empêchaient l’œuvre de Glenda Larke de figurer – justement – au premier plan du genre.

Ainsi, Larke développe toujours une intrigue amoureuse – on n’évite pas quelques scènes « guimauves », mais cet aspect se voit reléguer à une simple intrigue secondaire. Dans un monde qui évoque plus l’empire romain que le moyen âge (cadre habituel de la fantasy), on suit les pas de Ligéa, une femme forte qui voit ses certitudes se briser les une après les autres alors que sa nouvelle mission l’amène à reconsidérer le monde dans lequel elle vit. Qui lui ment ? Où se situe la vérité ? En existe-t-il même une ? Tout ceci n’est, encore une fois, qu’un prétexte pour interroger l’Histoire ; de la capacité de celle-ci à n’être qu’une vérité parmi tant d’autres, à n’être, finalement, qu’une histoire à laquelle les vainqueurs ont donné une majuscule.

Tout autour de Ligéa gravite une galerie de personnages secondaires qui tenteront de faire basculer son enquête dans telle ou telle direction, de lui mettre des bâton dans les roues, de lui faire découvrir la vérité, quand bien même elle n’est pas belle à voir.

8/10 Après une premier trilogie prometteuse, Glenda Larke rentre dans la cours des grands avec Au cœur du Mirage, un roman tout à la fois classique et rafraîchissant – peut-être bien la marque de fabrique l’auteur. A lire !

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article