Fiche n° 891 : Zombie Planet (Zombie Story 3) de Welligton

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
zombie_planet.jpg

Résumé :
Douze ans se sont écoulés depuis que les morts-vivants, après avoir envahi Manhattan, puis les États-Unis, se sont emparés de la quasi-totalité de la planète en dévorant ses habitants. Une rescapée, Sarah, décide de sauver son ancien protecteur, le Somalien Ayaan, des griffes du tsarévitch, le plus puissant des maîtres zombies qui brigue la domination mondiale. Mais les  humains sont de moins en moins nombreux. Les vivants ont connu l'enfer et pourtant le pire  reste à venir. Parviendront-ils à survivre sur cette planète désolée après tant d'épreuves ?

Informations complémentaires : ICI
 
Mon avis :
Cette chronique est susceptible de contenir des spoilers concernant les événements relatés dans Zombie Island et Zombie Nation.

Zombie Island s'était révélé une bonne surprise, Zombie Nation une préquelle pas folichonne, voici venir le dernier tome de la trilogie zombie de David Wellington : Zombie Planet.

Douze ans après le raid sur Manhattan, la situation s'est singulièrement dégradée en Somalie. A l'époque, l'un des derniers bastions de l'humanité, la dictature de Mama Halima, est tombé face aux hordes zombies. Ayaan, à la tête des derniers survivants, poursuit un combat désormais dérisoire dans le désert. A ses côtés se tient Sarah, la fille de Dekalb, héros tombé lors de la conclusion de Zombie Nation, que Ayaan a élevée comme sa fille. Au cours d'un affrontement avec des zombies menés par des liches (des zombies ayant préservé leurs capacités intellectuelles et développés des capacités surhumaines), Ayaan tombe aux mains de l'ennemi. Seulement, il ne s'agit pas d'une liche plus ou moins ambitieuse mais du légendaire tsarévitch.

Voilà enfin le fameux troisième personnage (après Gary et Nilla) annoncé par l'esprit calédonien Mael Mal Och. Véritable terreur, il a quasiment industrialisé le processus accidentel qui avait produit des liches comme Gary ou Nilla. Résultat, il est entouré d'une véritable armée de zombies supérieurs dotés comme Nilla de super-pouvoirs. Si cet aspect des choses vous a rebuté dans Zombie Nation, vous n'êtes pas au bout de vos peines. On a droit à un sacré panel de super-zombies : le zombie qui accélèrent les métabolismes, celui qui contrôle les champignons, celui dont les poils n'arrêtent pas de pousser et j'en passe. En fait, on n'est plus vraiment dans un récit d'horreur classique mais bien dans un récit fantastique au sens large. David Wellington a pris le parti de sortir du roman de zombie classique et fait le pari de l'extravagance avec des zombies plus invraisemblables les uns que les autres (pour faire plus fort, à part Marvel Zombies, je ne vois pas). Pourquoi pas mais on finit par avoir l'impression de regarder une film de série B direct-to-dvd. La bataille finale (avec son lot de guest star issues des deux premiers volumes) vaut son pesant de cacahuètes …. et de ridicule.

6.5/10  Ce n'est pas désagréable à lire, on peut le conseiller aux copains pour rigoler mais ça ne va pas plus loin.

Winter

Publié dans Critiques Horreur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article