Fiche n° 872 : Un Hiver de Sang (Un Monde sans Dieu 1) de Ruckley

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
hiver_sang.jpg

Résumé :
Une trêve troublée s’est installée entre les thanes des lignées du vrai sang.
À présent qu’un nouvel hiver s’annonce, les armées de la Route Noire ont repris le chemin du sud, quittant les terres où elles furent exilées, au-delà du Val des Pierres. Pour certains, la guerre n’apportera qu’une mort rapide et violente. D’autres ne connaîtront jamais le tumulte des épées qui s’entrechoquent, ni les champs jonchés de cadavres. Pour ceux-là, la guerre n’est qu’un excellent moyen de favoriser leurs ambitions. Qu’ils se hâtent, car bientôt les ténèbres qui descendent sur le monde les engloutiront, comme les autres.
Car, tandis que la tempête des batailles fait rage, un homme s’engage sur un chemin solitaire, une voie qui éveillera un terrible pouvoir en lui. Son héritage sera un héritage de sang.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
L’hiver, le sang, des familles qui s’entredéchirent, etc., ça ne vous rappelle rien ? Non ? Si, forcément, faites un effort ! Le Trône de Fer. Ah, oui, on a un peu honte j’espère ! Et bien, Un Hiver de Sang, premier tome d’Un Monde sans Dieu se pose comme un « sous-Trône de Fer ».  Quel intérêt à le lire me demanderez-vous alors ? Autant lire l’originale… Je vous répondrai qu’il s’agit certes d’une série en dessous de l’originale (mais combien de séries ne le sont pas ?) mais aussi d’une trilogie – ou en tout cas, d’un début de trilogie – loin d’être inintéressant, loin d’être une vulgaire copie et qui pourrait aussi bien plaire aux amateurs de la saga familiale de Martin (les mauvaises langues comprendront que seuls nos petits-enfants pourront lire la fin…) qu’à ses détracteurs. Et là, je sens que j’ai toute votre attention !

Ainsi, la première traduction française de l’écossais Brian Ruckley (retenez bien son nom !) peut se targuer de posséder des intrigues politiques complexes, prompte à la trahison, aux complots, aux batailles épiques et aux coups de poignard dans le dos sans pour autant se radicaliser comme la série de Martin. Chez Ruckley, si l’on tue aussi sûrement qu’à Westeros, l’identité du héros ne fait aucun doute dès le départ. De ce point de vue là, Un monde sans Dieu se positionne entre l’heroïc fantasy classique et la saga de Martin. Un peu comme Paul Kearney avait su le faire en son temps avec les excellentes Monarchies divines. De fait, ceux que la lenteur de l’intrigue, mais aussi la lenteur  d’écriture du Trône de fer exaspère (la présente trilogie a l’avantage d’être déjà finie) pourrait faire mieux que trouver une lecture de consolation avec Un Monde sans Dieux, finalement l’une des meilleures surprises de l’année en fantasy.

8/10 Amateurs du Trône de Fer et des Monarchies divines, voilà une nouvelle fantasy pleine de complots,  de trahisons et de batailles à ne manquer sous aucun prétexte ! L’excellente surprise de cette fin d’année ! 

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

stupidboy 13/12/2010 15:13


Je viens juste de l'emballer pour me l'offrir à noël :).