Fiche n° 857 : Bienvenue à Lovecraft (Locke & Key 1) de Hill et Rodriguez

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
locke key

Résumé :
La famille Locke est déchirée. Après le meurtre brutal du père par un étudiant déséquilibré, tous emménagent dans la vieille demeure familiale. Mais quand une île s appelle Lovecraft, la prudence est de mise ! Derrière les portes closes se dissimulent des secrets dangereux.
Une intrigue captivante, des coups de théâtre imprévisibles, servis par le dessin impeccable de Gabriel Rodriguez.

Informations complémentaires : ICI 

Mon avis :
Il y a peine quelques jours, Simatural me demandait quel était mon trio gagnant en comics pour l'année presque écoulée. Sans trop de peine, j'avais répondu que C'est un oiseau, Cerebus et surtout Rex Mundi me paraissaient être les meilleures sorties de 2010. Heureusement, j'ai pris soin de préciser que nous n'étions pas à l'abri d'une bonne
surprise d'ici aux fêtes de fin d'année. J'aurais mieux fait de jouer au Loto ce jour là, moi.

La bonne, que dis-je, l'excellente surprise s'intitule Locke & Key.

Après une sauvage agression à leur domicile qui s'est soldée par la mort de leur mari et père, la famille Locke se retire dans sa propriété familiale sise sur la presqu'île de Lovecraft : Keyhouse. Chacun tente de surmonter le traumatisme à sa façon dans ce nouveau cadre de vie, sous la protection permanente de la police. Pendant que la veuve boit plus que de raison, l'aîné rumine sa colère, la puînée se cherche une nouvelle identité et le cadet explore l'étrange maison qu'ils habitent désormais. Et il trouve une clef. Cette clef ouvre une porte. Et en passant la porte ...

Locke & Key est l'œuvre de Joe Hill au scénario et Gabriel Rodriguez au dessin. Retenez bien ces noms, on n'a pas fini d'en entendre parler. D'accord, Joe Hill n'est pas un inconnu, loin s'en faut. Il aurait même une ascendance paternelle légèrement encombrante quand on veut se faire un nom dans les sphères littéraires. Quoiqu'il en soit, à peine dix pages de lecture de Locke & Key suffisent à convaincre de l'étendue du talent de Joe Hill. Déjà auteur d'un roman remarqué (Le costume du Mort) et d'un recueil de nouvelles de fort belle facture (Fantômes. Histoires troubles), il démontre aisément que le support comic lui convient tout aussi bien.

Démarrant sur les thèmes du traumatisme et de la culpabilité, les auteurs nous entraînent via Bode, le plus jeune des enfants Locke à la découverte des sombres secrets de Keyhouse et de ses étranges portes. Rapidement, passé et présent se télescopent et de sourdes menaces s'accumulent sur Keyhouse. Joe Hill a un talent certain pour détailler finement le caractère et les sentiments de chaque membre de la famille. Très habilement, il relie les évènements qui ont conduit les Locke à Keyhouse au présent sans que le récit perde de sa force ou de sa fluidité. Les dialogues sonnent tous juste, l'auteur mettant toujours le mot qu'il faut dans la bouche de ses personnages. Il convient ici de saluer le travail des traducteurs qui ont conservé cette qualité dans la version française du texte.

Sa gestion de leur traumatisme est tout aussi adroite et réserve de belles surprises à mesure que l'histoire avance. Et effectivement, les retournements de situations sont nombreux dans Locke & Key. En arrière plan, une trame très, très riche : le thème du passage et du changement avec les portes, la folie avec le meurtrier, les secrets de famille et de la communauté de Lovecraft. Le nom du maître de Providence n'est pas évoqué en vain, croyez-moi, mais en lisant Locke & Key, c'est vraiment à Poe que j'ai pensé ainsi qu'à l'Antre de la Folie de Carpenter. Rien que ça.

J'ai beaucoup insisté sur la qualité de l'écriture mais l'aspect graphique n'est pas en reste. Je ne connaissais pas les travaux précédents de Gabriel Rodriguez mais j'ai trouvé, dans ses planches de Locke & Key, la puissance et la fluidité d'un Steve Kroce des grands jours. Au premier abord, son trait tout en rondeur et sinuosité semble apaiser le récit teinté d'angoisse et de terreur de Joe Hill. J'ai fini par me demander s'il ne s'agissait pas plutôt de nous mettre en confiance pour mieux nous surprendre au détour d'une page.

9.5/10 Magistral. Le comic de l'année s'appelle Locke & Key. A moins que d'ici au 31 décembre...

Winter

Publié dans Critiques Comics

Commenter cet article

cpt flem 26/11/2010 19:39


je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Walking dead en lisant la moitié de ce bouquin , même éléments psychologiques , introspection des personnages, évènements sanglants , angoissants ...

j'ai eu un peu l'impression que l'auteur pompait divers éléments de films ( comme le film d'horreur japonais ,dont j'ai oublié le nom ( the ring ? )dans lequel une femme/monstre sort d'un puits )ou
de bd etc...

j'ai apprécié le dessin et la couleur qui correspondent à l'ambiance dark de l'ouvrage

bref , très sympa et intéressant (merci au blog de m'avoir orienté ) malgré un sentiment bizarre de déjà vu


eric 25/11/2010 00:24


J'ai préféré "C'est Un Oiseau".... ;o)
Comment ça rien à voir ?
Juste pour dire que je n'ai pas autant été emporté par Locke&Key que mes collègues, bien que l'ouvrage soit très qualitatif. Mais je n'ai pas accroché au dessin plus que ça ce qui me ferai
plutôt penché vers un 8.5, mais bon ça n'engage que moi.


Simatural 22/11/2010 19:02


Je confirme : une tuerie ! Joe Hill est déjà un grand écrivain.


Louis Thesquare 22/11/2010 17:47


Tout à fait d'accord avec toi !
je viens de le lire et c'est .... whaouh , j'ai pas de mots, enfin pas qu'un seul ....

Vivement la suite .

A noter qu'une adaptation télé va être produite par Spielberg.