Fiche n° 851 : La position du Tireur couché de Tardi & Manchette

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
position_tireur_couche.jpg

Résumé :
Après Le petit bleu de la côte ouest, Tardi adapte un autre roman de Jean-Patrick Manchette, créateur du « nouveau polar » dans les années 70. L’histoire d’un tueur à gages qui tente de décrocher mais qui se retrouve rattrapé par son destin…

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :

Pour ceux qui connaissent à la fois les œuvres de Tardi et de Manchette, cette bande dessinée est sans grande surprise. On y retrouve le style dépouillé du père du « néo polar » associé au magnifique dessin rétro en noir et blanc de Tardi.

Pour ceux qui ne connaîtraient ni l’un ni l’autre, l’expérience peut être marquante. Manchette possède un style incisif, tranchant, ici volontairement froid ; dans le roman éponyme, il met en scène Martin Terrier, un tueur à gages froid bien décidé à prendre sa retraite et récupérer la femme qu’il aime. Rien ne se passe comme il l’avait prévu. La position du tireur couché, c’est un bijou d’humour noir qui voit la chute d’un tueur – mais plus encore d’un homme – d’une naïveté étonnante, désopilante et quelque part navrante mais compréhensible au regard du cadre social dans lequel il a grandi et vécu.

Pour cette BD, Tardi a fait le choix d’une adaptation fidèle. Les fans du roman, et de Manchette en général, ne seront pas déçus. C’est du Manchette dans le texte, du Tardi pour les images et tous deux fonctionnent bien ensemble. Une ambiance froide. Un temps gris. Un humour noir. Un dessin en noir et blanc. Une mise en scène réaliste. Non vraiment, c’est du bon boulot. Il faut dire que, malgré la différence de support, les styles de l’un et l’autre sont assez semblables.

Toutefois, il se pourrait bien que cette collaboration ne plaise pas aux fans de BD. À aucun moment on ne peut oublier qu’il s’agit d’une adaptation, d’un roman mis en bulles Bref, si vous n’avez jamais lu une page de Manchette ou de Tardi, vous pouvez adorer comme vous pouvez tout à fait détester.  

8/10 Une superbe adaptation d’un monument du polar français.


Simatural

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article