Fiche n° 843 : Cleer de L. L. Kloetzer

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
cleer.png

Résumé :
Cleer est un concept, une idée flottant dans l'éther, une pure lumière.
Cleer est une corporation, une multinationale d'aujourd'hui et de demain, tendant vers l'absolu. Vinh et Charlotte participent de cet effort. Ils sont des consultants spéciaux, ils résolvent les problèmes mettant en jeu le bien le plus précieux du Groupe : son image. Pour eux, les cas de disparition, les épidémies de suicides, les contaminations transgéniques. Ils défendent la vérité, la transparence, la fluidité de l'information, les intérêts des actionnaires.
Ils sont l'ultime ressource contre la superstition et le chaos. Ils sont la Cohésion Interne. Cleer est le témoignage d'un univers professionnel aux limites de l'incandescence.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
J’avoue que j’appréhendais le moment où je devrais mettre sur papier mes impressions de lecture. Alors même que je prenais un plaisir fou à la lecture de Cleer, je pensais à la difficulté de rédiger un billet sur ce roman de haute facture. Chez moi, la plume de Kloetzer, c’est comme un rêve au réveil : un souvenir qui s’échappe inexorablement... plus vite encore si l’on tente encore de le retenir. Il faut dire qu’avec sa plume éthérique, qui remet sans cesse en doute la réalité, l’auteur suisse cultive une certaine paranoïa sur la vérité, un certain flou sur les limites de ce qui est vrai/réel et de ce qui ne l’est pas. Par moment, la réalité de la fiction sonne faux, quelque chose à la limite du perceptible cloche et aussi bien nous que les personnages sommes incapables de mettre le doigt sur cet élément perturbateur. Voilà, je divague. Je vous avais bien dit que cette critique allait être un calvaire.

Écrit en collaboration avec sa femme, Cleer tranche avec la production passée de l’auteur. Du moins, c’est ce que l’on pense au début. A la fin, rien n’est moins sûr. En fait, on n’est plus sûr de rien. Mais ne brûlons pas les étapes. Au début donc, Cleer impulse les thématiques de la Culture dans le monde de l’entreprise.  On suit deux personnages qui tentent de résoudre les problèmes internes à l’entreprise. La Cohésion interne qu’on les appelle. Cette entreprise est une multinationale comme ont déjà imaginé certains auteurs de SF. Démentielle par sa taille, presque sans limites, elle tente de régler les anicroches dans son fonctionnement. Tout doit être parfait, travailler au mieux, œuvrer pour le bien de la compagnie. De fait, chaque nouveau problème se voit accorder quelques dizaines de pages. Conséquence directe, le roman est divisé en plusieurs parties distinctes. On peut très bien lire chacun de ses tronçons comme une nouvelle d’investigation.

Néanmoins, ce serait passer outre la complexité – et l’intérêt majeur de Cleer. Alors, forcément, le couple Kloetzer égratigne l’Entreprise d’aujourd’hui : heure sup ’, management débile, couperet prêt à tomber au moindre échec, etc. Mais ce serait surtout oublier que ce roman est sous-titré une fantaisie corporate. Car quand, la réalité est remise en question, quand d’autres choses deviennent possibles, pourquoi la magie n’aurait-elle pas sa place ?  Pourquoi à un roman d’anticipation ne pourrait-il pas succéder un roman de Fantasy ? Enfin, ce n’est pas si simple… Mais je m’arrête là car j’en ai déjà trop dit. Et je ne voudrais pas vous spolier l’un des intérêts majeurs de Cleer.

Bon, voilà, c’est fait. C’était pas si terrible en fait. Ma chronique non plus, avouez-le. Bon, ce qui est certain, c’est que Cleer est un excellent roman et que vous ne pouvez tout simplement pas le rater. 

8,5/10 Le roman francophone de l’année. Cleer est un concept, une idée flottant dans l'éther, une pure lumière, une bouffée d’air frais dans la production actuelle. 

Simatural

Publié dans Critiques SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Babanine 08/11/2010 15:40


Super votre site, je lis de la SF depuis que je sais lire casiment , tout est intéressent , et vos critiques très pertinentes, j'ai un fort penchant pour les nouvelles , je viens de finir " les
passeurs de millénaires" en livre de poche , certain text sont très bon , là j'attaque "Avant Dune".
Bonne continuation


Richard 07/11/2010 13:38


Très intriguant comme chronique ... et comme livre !
Je me laisserai sûrement tenté !
Bonne journée et bonne lecture !