Fiche n° 836 : Le Roi d'Ebène de Christine Cardot

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
roi_ebene.jpg

Résumé :
Le Ratel : c'est le surnom de la Sentinelle Kaïrale. Comme ce petit carnivore africain, elle n'a peur de rien et ne lâche jamais sa proie quand il s'agit de résoudre les intrigues criminelles qui menacent son pays, l'Arrassanie. Quand El Phâ, le Roi d'Ébène, entend faire d'elle son Second Regard Clair, la jeune femme croit à une mauvaise blague : être conseiller de souverain demande des compétences qui ne sont pas les siennes. Pourtant, dès sa première mission, elle découvre que sa nomination relève d'une trame politique complexe à laquelle elle est liée, sans le savoir, depuis son plus jeune âge.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Vraiment, j'aurais bien voulu dire du bien de ce livre. Ca partait sur une bonne base d'ailleurs : j'apprécie les univers africains (sous-utilisés en fantasy à mon humble avis), j'ai un petit faible pour les éditions Mnémos et la couverture me plaisait.

Hélas, trois fois hélas, il me faut déchanter et vous avouer que j'ai dû lutter pour aller au bout.
La faute à une intrigue plus plate que Kate Moss, le sourire en moins.

Nous suivons les pérégrinations de Kaïrale, une jeune femme membre des Sentinelles, soldats doués de prescience de l'armée du roi d'Assaranie. Pour simplifier, disons que ce royaume imaginaire peut faire penser à un mélange des dynasties égyptiennes et de celles des grands royaumes d'Afrique de l'ouest (Mali, Niger comme évoqués par T.C. Boyle dans Water Music.). Un jour, Kaïrale se voit promue Regard Clair. Il s'agit d'un poste de conseiller du roi au plus proche du souverain. Commence alors une relation étrange où attirance et conflits se mêlent entre elle et l'autre Regard Clair. Le roi les envoie alors en ambassade chez un belliqueux voisin. Décontenancée par cette nomination dont elle n'a pas voulu, la Sentinelle est jetée au cœur d'une machination dont elle ne perçoit ni les tenants ni les aboutissants...

... et le lecteur non plus.
Non seulement, l'intrigue avance cahin-caha avec l'apparition d'éléments issus du passé de Kaïrale qui ont l'air de sortir du décor (Toa), mais en plus la conclusion (brutale) du livre achève de compléter l'incompréhension. Nous ne saurons rien du dessous des cartes de ces fameuses machinations. Strictement rien et manifestement, il va falloir s'en contenter vu la teneur de la conclusion.
J'ai dit plus haut dans cet article que j'appréciais les ambiances africaines en fantasy ?

Dommage pour moi, à nouveau, puisque le Roi d'Ebène n'a finalement que peu de rapports avec le continent noir. La civilisation présentée est une de celles que la fantasy produit à la douzaine, sans la moindre originalité. Enfin, si l'impertinence du personnage principal séduit dans un premier temps, son omniprésence finit vraiment par lasser.
Le seul point vraiment positif que je retienne, c'est la manière dont opèrent les pouvoirs de la Sentinelle. Son modus operandi onirique aborde un chouette souffle poétique à un ensemble bien fade.

4.5/10  Franche déception que ce Roi d'Ebène. Sans demander un récit du calibre du Trône d'Ebène, on pouvait espérer mieux du traitement de l'idée de base. Il m'en restera l'impression amère d'un potentiel gâché.

Winter

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

Richard L. 23/10/2010 10:08


Merci pour Chien du Heaume, je suis allé voir les critiques qui sont très bonnes... et le livre semble être ce que je cherche : de la fantasy avec un cadre (plus ou moins) historique...


Gunther G. 22/10/2010 15:24


J'ai eu l'occasion de lire aussi ce livre, et je dois bien avouer que, malheureusement, il est bourré de défauts et de problèmes qui auraient dû être évités. Il est assez étonnant de constater une
absence totale de travail éditorial et de correction sur ce livre.
Heureusement, la qualité de certains autres ouvrages chez Mnémos (Chien du Heaume par exemple) laisse à penser que seule une partie des éditeurs chez Mnémos ne fait pas correctement son travail.


Richard L. 22/10/2010 02:50


Voici une lecture complètement frustrante : j'ai trouvé l'univers agréable, et plutôt original dirais-je, mais oui j'ai trouvé d'innombrables fautes, des incohérences, une intrigue plate tout comme
les personnages... c'est le premier Mnemos que je lis et peut-être le dernier aussi. Je me demande simplement s'il y a eu pour ce livre une direction littéraire où si "l'éditeur" s'est contenté de
plaquer le texte sur du papier et d'y mettre une couverture... dites-moi, je veux bien quand même laisser une chance à Ménmos (car je suis nouveau lecteur de fantasy suite à ma lecture de gagner la
guerre de JP Jaworski) et si vous pouvez me conseiller un titre qui vaut le coup d'oeil chez eux...


Giraud 17/10/2010 15:40


très déçu aussi, tellement que je n'en ferai pas de chronique... et puis sinon, y'a un correcteur chez Mnemos ou il est en vacances?


Lelf 17/10/2010 12:37


Bon, vu que c'est exactement le même argument final qu'une autre chronique que j'ai vue, ça me confirme que je n'achèterais pas. Et je trouve ça vraiment dommage, ce genre d'univers peut vraiment
faire des merveilles.