Fiche n° 834 : Sourcellerie (Les Annales du Disque-Monde 5) de Terry Pratchett

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
sourcellerie.jpg

Résumé :
La magie, c'est de la bouillie pour les chats. Car voici la sourcellerie, la puissante thaumaturgique de l'Aube des Temps ! Elle pénètre le Disque-monde par l'entremise du huitième fils d'un nuage (défroqué, oui). Disons-le tout net : casse-cou. Une fois de plus, faudra-t-il compter sur l'ineffable Rincevent pour sauver les meubles ? Il est vrai que l'homme a plus d'un tour dans son sac percé. Il dispose aussi d'une équipe de choc, où vous retrouverez le mystérieux et pusillanime Bagage - tellement humain ! - et le subtil bibliothécaire de l'université des mages - tellement simiesque ! Avec, pour la première fois dans un livre, Nijel le Destructeur, jeune héros par correspondance, et Conina, la fille du plus célèbre Barbare, par qui tombent les cœurs et les coups. Prime exotique : un séjour inoubliable dans la cité d'Al Khali, sous la houlette du Sériph Gréosote. "

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Fermez vos volets, verrouillez vos portes et allez vous cacher sous le lit, Rincevent est de retour !
Le mage le plus calamiteux du Disque-monde est à nouveau pris dans un tourbillon d’aventure, entraîné cette fois par un banal (ou presque) chapeau.

Pratchett mélange ici les deux facettes de son écriture que sont la description et le récit, parvenant ainsi à un parfait équilibre entre une découverte approfondie des mécanismes de la magie d’une part, et plusieurs péripéties incroyablement imprévisibles de l’autre.

Comme toujours, les personnages sont des caricatures de l’Heroïc-fantasy classique, le must étant Nijel le Destructeur, premier guerrier barbare autoproclamé grâce aux cours par correspondance !

La limite entre les bons et les méchants est une fois de plus très ténue (si l’on excepte le délicieusement détestable Grand Vizir), et se montre propice à la réflexion. Est-on vraiment coupable lorsque l’on agit sous la contrainte ?

8/10 Ce cinquième tome, héritier spirituel des deux premiers –tout comme le seront les Annales suivantes ayant Rincevent pour héros- nous fait comprendre que la magie ne résout pas tout, et qu’une trop grande puissance n’est rien sans une cause à laquelle on puisse l’y rattacher. La saga se poursuit…

Chips

Publié dans Critiques Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article