Fiche n° 832 : Lousiana Breakdown de Lucius Shepard

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
louisiana_breakdown.jpg

Résumé :
« Si d'aventure vous allez faire une balade dans le sud-ouest de la Louisiane et que vous tombez sur une station-service délabrée où quelques vieux portant bretelles écoutent du base-ball à la radio en crachant leur jus de chique dans un pot, que vous passez ensuite devant une gargote et que vous apercevez après cela une fenêtre décorée de symboles occultes, un conseil : méfiez-vous et levez le camp au plus vite. Car si ce n'est sans doute pas la ville de Graal, c'est manifestement un endroit tout aussi bizarre, un de ces endroits où il est préférable de ne pas s'attarder. Ignorer ce conseil, c'est au mieux courir le risque de réaliser combien il demeure fort peu de magie dans ce monde, et combien elle est employée à des fins misérables. Au pire, c'est tomber amoureux. Et il ne faut surtout pas tomber amoureux dans pareil lieu. Croyez-moi sur parole et lisez donc ce qui est arrivé à Jack Mustaine... »

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :

Comme tant d'autres grands auteurs avant lui (Dick, Egan, etc.), Lucius Shepard donne le meilleur de lui-même sur la forme courte. Ou plutôt sur la forme courte longue (une longue nouvelle) ou l’inverse, la forme longue courte (un court roman). Bref, ce que les Anglo-saxons désignent par le terme de « novella ». Dans la forme, Louisiana Brekadown s’apparente à un court roman (au niveau du nombre de signes), dans le fond,  à une longue novella (le temps de la fiction est somme toute très court).

Le premier chapitre, une longue mais jamais ennuyeuse description, pose l'ambiance. Celle d'une Louisiane pas encore ravagée par Katrina mais embourbée dans ses mythes vaudou et chansons de blues… Deux aspects que Shepard développe sans rechigner. 

L’histoire est donc la suivante : un jeune musicien tombe en panne dans un bled paumé… puis tombe amoureux. Sous une autre plume que celle de Shepard, elle n’aurait (sans doute) pas valu le coup. Sous la sienne, elle hypnotise, enchante,  ensorcelle et nous plonge dans une Louisiane d’abord plus vraie que nature, pour ensuite s’inscrire dans le fantastique, portée par les mythes et légendes qu’elle abrite, où le rythme du blues épouse les courbes d’une poupée vaudou .

Comme toujours chez Shepard, la chute est prodigieuse, et arrive à faire oublier les toutes petites longueurs qui, tels des moustiques, parasitent parfois partition autrement parfaite de Lousiana Breakdown. Pas parfaite donc mais à savourer au coin d’un feu.

8/10 Court roman ou longue novella, peu importe, Louisiana Breakdown est un excellent texte fantastique. Oubliez donc d’acheter votre paquet de clopes aujourd’hui  et courrez vous procurer Lousiana Breakdown. C’est bon pour la santé et c’est un vrai bol d’air frais, et pas que pour les poumons.

Simatural

Publié dans Critiques Fantastique

Commenter cet article

Winter 07/01/2011 11:54


Je viens de le terminer et je reste bouche bée devant le talent de l'auteur pour construire son ambiance.
Je ne crois pas avoir déjà lu une meilleure évocation de la Louisiane.