Fiche n° 827 : C'est un Oiseau de Seagle et Kristiansen

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
c_est_oiseau.jpg

Résumé :

Voilà sans doute l'un des titres les plus brillants de Vertigo ! Il élabore une réflexion géniale sur le mythe de Superman et ce qu'il représente dans la société d'aujourd'hui, sans que le personnage n'apparaisse jamais !

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Scénariste de comics renommé, Steven se voit proposer par son éditeur de reprendre la série régulière consacrée à Superman. Là où tout autre aurait bondi de joie à l'idée de présider aux destinées du plus connu des super-héros, Steven refuse le projet dans un premier temps, suscitant l'incompréhension de son entourage.
Sur l'insistance de son éditeur, il accepte d'y réfléchir et tente d'amorcer une réflexion sur le personnage.
Alors que Steven commence à disséquer le mythe et ce qu'il représente, il apprend que son père a disparu dans la nature. La recherche de son père et la réflexion qu'il mène en parallèle sur le personnage de Superman amènent Steven à soulever d'inquiétantes interrogations sur son passé familial et sur sa propre vie.

Je ne peux pas dire que les travaux de Steven T.Seagle sur les séries X-Men de Marvel m'avaient laissé un souvenir impérissable. Par contre, sa précédente association avec l'illustrateur danois Teddy Kristiansen pour la série House of Secrets, déjà chez Vertigo, était elle remarquable. C'est donc avec un plaisir non dissimulé que j'ai abordé cette nouvelle collaboration entre les deux créateurs, d'autant que le sujet abordé n'a rien d'évident.

Dans la meilleure veine des récits indépendants, Seagle se met en scène et s'expose dans une semi-autobiographie (certains éléments sont romancés) introspective qui constitue une sacrée prise de risque.
Avec humilité et franchise, l'auteur dresse un portrait de lui-même sans complaisance.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que sa quête et sa réflexion l'entraînent sur des chemins tortueux. Tour à tour cynique, colérique, injuste avec ses proches et miné par la peur de la maladie, il s'interroge sur lui-même et sa capacité à vivre dans ce monde. S'adressant alternativement au lecteur et aux autres personnages, il nous prend à témoin de sa dépression et de son combat pour continuer, malgré tout, à avancer dans la vie. Car c'est de cela qu'il s'agit ici : comment oser aller de l'avant quand tant de choses se dressent sur votre chemin. L'exploration de mythe de Superman en miroir avec le rétablissement de certaines vérités familiales mènent Steven hors des sentiers balisés, au cœur de son être.
J'y ai retrouvé la qualité et l'ambiance oppressante d'un Maus quand Spiegelman évoque son mal-être et sa dépression de fils de survivant. Le lourd héritage familiale de Steven n'est pas de même nature mais il est, lui aussi, susceptible de définir sa vie et son devenir.

Si le récit humain est nourri d'une réflexion dense et intense, l'analyse de Superman est tout aussi impressionnante. En faisant des traits principaux, des pouvoirs et du mantra de Superman (" faster than a speeding bullet, more powerful than a locomotive, and able to leap tall buildings in a single bound ", la fameuse phrase de Jay Morton) autant d'entrées pour son analyse, Steven Seagle pousse son raisonnement dans des contrées que peu d'entre nous ont envisagées pour le kryptonien jusque là. Là encore, la réussite est totale.

Le trait du trop rare Kristiansen s'accorde à merveille à ce récit singulier. Tout en nuances, il vire parfois à l'extrême simplification pour mieux se mettre en retrait et servir les réflexions de Seagle mais illustre admirablement l'ambiance douce-amère qui s'échappe de ces pages.

9/10 Un récit d'une rare justesse, intelligent et sobre qui ne sombre jamais dans le pathos. Indéniablement, un des meilleurs comics de cette année. A conseiller à la fois aux amateurs de Vertigo mais aussi à ceux qui ne s'intéressent d'habitude pas aux comics.

Winter

Publié dans Critiques Comics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yaneck 09/10/2010 12:24


Convaincu! Il ne me reste plus qu'à me le procurer maintenant.


C... 08/10/2010 19:46


Ah ?
Bon... ben je le prendrai demain ;-)