Fiche n° 823 : Entre les Ombres de Arnaud Boutle

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
entre_ombres.jpg

Résumé :
Après une apocalypse d’origine inconnue, l’humanité a disparu. Reste un homme, qui n’aura même pas à se battre pour survivre dans une ville où la nature reprend lentement ses droits. Plus que jamais, le mot solitude prend son sens. Ses rêves et songes mais surtout, ses souvenirs et fantômes du passé prennent toute la place dans ses pensées.À la différence de La Route de McCarthy et de Je suis une légende de Matheson, récits post-apocalyptiques cultes, et même si ces deux livres peuvent être de possibles références, Boutle imagine une survie sans menace, si ce n’est la solitude et la puissance des souvenirs. Un concentré de poésie contemplative qui pose, dans la douceur mais néanmoins de plein fouet, la question : qu’est-ce qui nous fait continuer à vivre, même lorsqu’il n’y a plus rien ?

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Vous avez peut-être eu l'occasion de jeter un coup d'oeil à la série télé Flashforward. Pas terrible hein ? Avec cette adaptation du roman éponyme de Robert Sawyer, les américains ont inventé le concept d' "apocalypse propre". Point de sang ni de poussière. Non la fin du monde dure cinq minutes montre en main. Après, tout rentre dans l'ordre.

Quand on ouvre Entre les Ombres, on retrouve l'apocalypse à l'ancienne, avec un paysage ravagé, saccagé, dévasté, en ruine. Dans ce monde qui n'est plus que l'ombre de lui-même, on suit un homme seul qui vit au milieu des décombres et des fantômes. Seul avec ses souvenirs et ses regrets.

Entre les Ombre, c'est un peu Je suis une Légende sans les vampires : le journal de bord d'un homme à la dérive. Boutle se pose la même question que Matheson : fait-il vivre quand tous les autres sont morts ?... à la différence près qu’il l’aborde sur un ton plus mélancolique, de manière plus poétique.


Finalement le seul regret que l'on peut avoir à l'égard de cette BD, du seul reproche que l'on peut lui faire : son prix. 14 euro pour une BD qui se lit rapidement et même pas cartonnée. C'est un peu cher. Pourtant, le format est bon, la BD, l'objet livre est joli. Non, c'est juste le prix qui fait tache ; l'éditeur a été un peu trop gourmant...

7,5/10 Que le prix un tantinet élevé ne vous empêche pas d'aller vous poser quelques instants entre les ombres du passé : l'apocalypse est un spectacle qui, sous le crayon de Boutle, peut se savourer tranquillement, sous sa couette, à la terrasse d'un café ou à l'abri du regard de ses supérieurs au boulot. À lire dans tous les cas.


Simatural

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article