Fiche n° 812 : Les Manuscrits de Kinnereth de Frédéric Delmeulle

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
manuscrits_kinnereth.jpg

 Résumé :
Bienvenue à bord du Vertov ! Second Volet du diptyque inauguré par La Parallèle Vertov, Les Manuscrits de Kinnereth navigue entre science-fiction et thriller ésotérique. Frédéric Delmeulle, professeur d'histoire et ancien chercheur en audiovisuel, nous emmène une nouvelle fois dans un incroyable voyage à travers le temps et l'une des plus grandes énigmes de l'histoire.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Après une Parallèle Vertov plus qu'honnête mais inégale à mon avis, Frédéric Delmeulle remet ça. Child Kachoudas a disparu de son époque pour suivre son oncle le professeur De Almeidia, inventeur de la machine à voyager dans le temps, dans les évènements relatés dans la Parallèle Vertov. Dix ans après son départ, son vieux père Dadka et son ancien amour, Giuliana, alias Sphynx, sont contactés par un mystérieux agent de l'ONU. Celui-ci affirme avoir fait une découverte troublante dans le désert israélien qui pourrait avoir un rapport avec la disparition de Child. D'abord incrédules, Sphynx et Dadka se laissent convaincre de suivre cette piste surprenante basée sur la découverte de ce qui semble être des textes apocryphes liés aux évangiles.

Les manuscrits de Kinnereth est présenté par l'éditeur non pas comme une suite mais comme un complément à la Parallèle Vertov, au point qu'il pourrait se lire indépendamment ou même avant la Parallèle Vertov. Soyons clair, il n'en est rien. Les manuscrits de Kinnereth est un récit très différent de son prédécesseur où la partie SF est largement éclipsée par une enquête ésotérique. Hormis le Vertov en lui-même, vous ne verrez de SF qu'à l'extrême fin du récit.
Fin de récit qui spoile énormément les évènements de la parallèle Vertov au point que je vous déconseille fortement de lire les Manuscrits de Kinnereth avant comme le suggère l'éditeur.

Enquête ésotérique avant tout donc mais ni originale ni follement passionnante, la littérature a déjà assez largement exploité le filon des textes secrets qui racontent une autre version des évangiles et donc le contenu pourrait faire vaciller les fondations de la civilisation occidentale. L'auteur a beau se défendre en faisant dire à un de ses personages "Je crois que plus personne n'oserait raconter ce genre de choses aujourd'hui. Les temps ne sont plus au Da Vinci Code, Dieu merci! " Bien, bien sauf que tout le long du roman, c'est pourtant à ça qu'on a droit.

Fort heureusement, au détour des dialogues, l'auteur nous livre quelques réflexions intéressantes. Je pense en particulier à des débats sur les écoles historiques ou un laïus en fin de récit sur notre attitude en tant que race face aux problèmes écologiques qui font tant couler d'encre de nos jours. De même, pas mal de clins d'œil m'ont fait plaisir (la définition du sarkozysme, le nom du groupe de rock de Dadka, les allusions à Moorcock par exemple) mais je regrette beaucoup la quasi-absence de références cinématographiques qui abondaient dans la parallèle Vertov. De même, on ne retrouve pas dans les Manuscrits de Kinnereth de passages de la trempe de l'enquête victorienne ou de la transaction en Nouvelle-Zemble du premier tome.

Là où les deux textes se ressemblent, c'est dans leur conclusion qui retourne le récit et à la lecture desquelles on ne peut s'empêcher de penser qu'on s'est bien fait manipuler par l'auteur. Une mauvaise langue pourrait dire qu'il s'agit plutôt d'une façon pratique de clore le récit et de faire passer la pilule pour tout les passages faciles ou peu crédibles des pages précédentes. Du coup, le récit est à nouveau déséquilibré en une trop longue recherche de Child et une conclusion qui fracasse tout sur son passage. Autant je comprends le désir de l'auteur de ne pas livrer une copie conforme de la Parallèle Vertov, autant je reste sur ma faim quand au résultat final.

6.5/10  Une lecture rapide et agréable mais qui n'apporte finalement que peu au premier tome et qui reste en deçà de ce qu'on pouvait espérer après le potentiel entrevu dans le Parallèle Vertov.

Winter

Publié dans Critiques SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article