Fiche n° 807 : Silex & the City de Jul

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
silex_city.jpg

Résumé :
À quoi ressemblaient les élections en 40 000 avant Jésus-Christ ? Cette vision décapante et hilarante de nos moeurs politiques contemporaines, transposées en plein paléolithique, est signée par Jul, auteur de Il faut tuer José Bové et Le Guide du moutard.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Poussée par une impressionnante campagne publicitaire et quelques bonnes critiques bien placées (radios et quotidiens nationaux), Silex & the City aura fait parler d’elle.

Dans Silex & the City, tout le monde en prend pour son grade : les profs, les écolos, la sécurité sociale, etc. Jul égratigne tous les sujets sensibles et d’actualité dans cette version revue et corrigée de la famille Pierrafeu. De fait, l’auteur évacue ses références qu’il cite texto, en renommant, par exemple, un personnage blond Rahan. Plutôt drôle et bien vu…

Pourtant, je n’ai que modérément apprécié. Certes, on sourit, mais qu’à de trop rares occasions. Sur le nombre de gags et de jeux de mots, force est de constater que la BD a connu de plus grands moments de franches rigolades. Au niveau de la « dénonciation » et de l’aspect critique de notre société, à se moquer de tout Silex & the City ne pique que trop superficiellement et de manière trop facile l’actualité. En effet, Jul ne fait qu’enfoncer des portes ouvertes et jongler des jeux de mots parfois balourds en s’appuyant sur une histoire décousue (à se demander si elle n’aurait pas eu plus de punch sous forme de strips), des personnages stéréotypés et antipathiques, et un dessin pas très recherché.
Finalement, une fois refermé Silex & the City, on se dit que l’on a bien plus rigolé en lisant les dernières bulles du canard ou de Charlie. Et on l’oublie. À tel point, qu’un jour viendra, où l’on ouvrira sa bibliothèque tout étonné d’y retrouver cette BD que l’on avait achetée sur une bonne critique et que l’on ne se savait plus possédée.

6/10  Silex & the City, c’est de la bande dessinée pour « bobos ».  A acheter uniquement si vous êtes abonnés à Télérama, aux Inrocks et/ou au nouvel Obs.

Simatural

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article