Fiche n° 791 : Meurtre au Chalet Robinson (Bruxelles Métropole 3) de Santander & Di Gorgio

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
bruxelles_metropole_03.jpg

Résumé :
Bruxelles, fin du XIXe siècle. Sur fond de crise économique et de misère sociale, la piste du Chalet Robinson virevolte de plus belle, comme pour exorciser la morosité ambiante. Parmi les danseurs enivrés, deux jeunes soeurs à la beauté généreuse se laissent bercer par l’insouciance de leur âge. Elles savaient devoir se méfier, pourtant. Depuis plusieurs mois en effet, un tueur rôde dans la ville, à l’affût de proies faciles. Il compte déjà une vingtaine de victimes à son funeste compteur... Pour débusquer le satyre et démêler l’écheveau d’une enquête qui piétine depuis trop longtemps, le commissaire Fourier fait appel à la sagacité (et au charme) de Mélina Grevesse.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Un tueur en série sanguinaire qui sévit depuis trop longtemps dans le Bruxelles des années 1900… Oui, le scénario de base ressemble beaucoup à celui des deux premiers tomes. Bien sûr les victimes ont changé, le meurtrier aussi, les lieux également… Mais on retrouve notre bon vieux commissaire Fournier qui a, pour on ne sait trop quelle raison, fait appel à Mélina pour l’aider dans son enquête. Et quand je dis « on ne sait quelle raison », c’est que vraiment, même en cherchant bien, on ne comprend pas en quoi cette ancienne meneuse de revue pourrait lui être d’une quelconque utilité.

Petit retour en arrière… Dans l’intrigue précédente (T01 et 02) Mélina se lance à la poursuite d’un tueur en série pour innocenter son frère. Si le meurtrier est effectivement démasqué à la fin, c’est, en autre, grâce à l’amant de Mélina et au commissaire qui arrivent à remonter la piste. L’héroîne, elle, se fait assez bêtement kidnapper et découvre (ben oui, forcément…) l’identité du tueur lorsque celui se présente à elle et lui explique le pourquoi du comment. Sa surprise montre bien à quel point elle était encore loin de la vérité. Bref, question sagacité et présence d’esprit, il faut quand même admettre qu’on a vu mieux. Est-il utile d’insister, donc, sur l’invraisemblance de l’irrépressible besoin du commissaire de l’appeler à la rescousse ? Allez, soyons sport, dans la mesure où Mélina est l’héroïne de Bruxelles Métropole, il fallait bien qu’elle se retrouve mélée à l’histoire d’une façon ou d’une autre. Quoi qu’il en soit, on se demande du début à la fin si, franchement, sa présence était indispensable...

Le scénario en lui-même peut ou non présenter de l’intérêt, mais il faudra pour se faire une opinion attendre la révélation dans le tome 04. On est pour l’instant dans l’énigme policière basique et sans surprise, qui ne devrait pas réellement bouleverser le lecteur, ni même lui laisser un souvenir impérissable. Le traitement graphique est quant à lui toujours aussi maîtrisé, ce qui permet quand même d’apprécier la lecture, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux.

5/10 Comme les deux premiers tomes de la série, Meurtre au Chalet Robinson ne surprend pas beaucoup… À vrai dire, l’héroïne agace même un peu. Et la beauté du dessin ne suffit pas toujours à rehausser le manque d’originalité du scénario. On ne peut qu’espérer que la fin de l’intrigue (en deux tomes, comme pour la précédente) apportera un peu plus de satisfaction.

Cyrielle...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article