Fiche n° 790 : La cinquième Sorcière de Graham Masterton

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
cinsuieme_sorciere.jpg

Résumé :
Los Angeles est plongée dans une vague de terreur. Une alliance de criminels s'est emparée de la ville. Tous ceux qui s'y opposent connaissent un destin épouvantable dont les causes ne sont pas humaines : accidents étranges, maladies soudaines, morts inexplicables et horribles... Dans ces conditions, nul ne tient tête aux barons du crime, qu'accompagnent quatre femmes mystérieuses, des figures fantomatiques aux pouvoirs démentiels. Seul à s'opposer au cartel maudit, le détective Dan Fisher a rendez-vous, au cœur du cauchemar, avec la cinquième sorcière !

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Quand on lit un Masterton, on sait d'avance qu'on ne va pas vers un chef d'œuvre absolu de la littérature. Par contre, on a bon espoir de tomber sur un bon divertissement, gore ce qu'il faut, original dans son approche,  et là je pense à Manitou, au Jour J du Jugement ou au Démon des Morts. On peut aussi avoir droit à du lovecraftien et même du bon : Apparitions ou Les puits de l'Enfer sont de ceux-là. Parfois, on tombe sur du très mauvais voire de l'exécrable comme les Guerriers de la Nuit.

La cinquième sorcière est hélas une mauvaise pioche dans l'imposante bibliographie du prolifique auteur écossais. Principal problème de ce livre ? On n'y croit pas une seconde.
Je ne parle évidemment pas de la sorcellerie ou des démons mais des motivations ou des réactions des différents protagonistes.

Quatre sorcières s'allient à des pontes du crime organisé pour prendre le contrôle de Los Angeles. Très bien, mais pourquoi ? Bonne question dont vous n'aurez jamais la réponse.

Les sorcières sont ultra-balaises, c'est certain, alors pourquoi se limiter à une ville ? Pas mieux. Comment s'en débarrasser ? Facile, en embauchant une autre sorcière, la cinquième du titre. On la trouve où ? Aucun souci, c'est la voisine de palier du flic faisant figure de personnage principal. Bon, mais ça va être chaud, quatre sorcières manipulant quatre magies différentes, c'est une super idée qu'ont eue les méchants entrepreneurs du crime, non ? Ben, ouais, mais pas de bol, en plus de faire une super tisane et des cataplasme du tonnerre de dieu, notre voisine sorcière est aussi au courant de tout ce qu'il faut savoir pour neutraliser les quatre autres. Et c'est comme ça tout du long.
Dommage car malgré tout, ce roman dispose de quelques points positifs (les scènes gores sont, comme à l'habitude, particulièrement sanglantes et glauques) et d'idées sympathiques comme ces sorcelleries qu'on ne voit pas souvent en littérature fantastiques : magie colombienne aux démons surpuissants, magie russe des miroirs où les reflets tuent. Hélas, ça ne suffit à rattraper le roman qui est globalement indigeste.

4/10  Un Masterton à éviter, surtout à ce prix. On espère un sursaut pour le prochain.

Winter

Publié dans Critiques Horreur

Commenter cet article