Fiche n° 874 : Le Fléau des Morts (Le Virus Mornigstar 1) de Z.A.Recht

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
morningstar_1.jpg

Résumé :

La fin n’est que le commencement : les victimes reviennent d’entre les morts pour arpenter le monde des vivants. Quand une opération militaire de grande envergure échoue à contenir le fléau des morts, ce dernier se transforme en une pandémie mondiale. Désormais, une seule loi naturelle régit le paysage mondial : vivre ou mourir, tuer ou être tué.

D’un côté de la planète, à des milliers de kilomètres de chez lui, un général endurci passe en revue le restant de ses troupes: une jeune auxiliaire médicale, un photographe expérimenté, un soldat effronté et des dizaines de réfugiés, tous sous sa responsabilité. Tandis qu’aux États-Unis, un lieutenant-colonel découvre la sombre vérité sur le virus Morningstar et collabore avec une journaliste réputée pour divulguer ses informations au grand public…


Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Les zombies sont à la mode ces dernières années : Marvel Zombies, Remains, World War Z, la trilogie Zombie Island/Nation/Planet, on frise même l'intoxication. Un petit dernier pour la route ? Voici donc Le Virus Morningstar.
Au cœur de l'Afrique, un étrange virus commence à faire des ravages. Sa particularité est de rendre ses porteurs hyper-agressifs, friands de chair humaine et de les réanimer après leur décès. Rapidement, le continent est perdu et les armées occidentales décident l'embargo de l'Afrique. Le général Sherman concentre ses troupes à Suez, ultime point de passage terrestre entre l'Afrique et le reste du monde. A côté de cela, le gouvernement américain essaie de cacher la vérité à sa population et n'hésite pas à mettre au secret un médecin militaire un peu trop bavard ainsi que la journaliste qui a recueilli ses confidences.

Pendant que les braves et héroïques militaires se sacrifient pour sauver le monde, nos pauvres héroïnes emprisonnées par la vilaine NSA font tout pour que la vérité éclate.

Ça vous semble plat, déjà-vu, moralisateur et plein de bons sentiments ? Vous avez raison.

Dans Le Fléau des Morts, les militaires sont tous des gens compétents, honorables, héroïques, intelligents. Les agents du gouvernement sont évidemment tous des pourris sadiques

La seule trouvaille intéressante de Recht est le premier stade de contamination du Morningstar qui rend le porteur du virus agressif et rapide tant qu'il est vivant. Ça donne des zombies rapides au lieu des lents cadavres ambulants classiques d'où des scènes d'action correctes.

Pour le reste, l'histoire est incroyablement convenue, tout est très prévisible sans aucune inventivité. L'écriture est affligeante de banalité et le traitement des personnages n'a que peu d'intérêt. Tous les personnages principaux sont beaux, gentils et compétents, tout simplement.

Quand au thème des héros torturés par les services secrets pour qu'ils ne dévoilent pas la vérité, la corde est tellement usée que c'en serait risible si ce n'était pas si agaçant.

Je ne peux pas dire non plus que j'ai beaucoup apprécié l'avant-propos pro-conspirationniste présentant l'œuvre de Recht comme salutaire car pointant du doigt la malignité des gouvernements qui nous cachent la vérité. Mulder sors de ce corps !

Eclipse avait agréablement surpris son monde avec Boneshacker de Cherie Priest (avec déjà du zombi à l'intérieur) mais ne nous refait pas le coup avec Le Fléau des Morts de Recht qui s'avère une lecture franchement quelconque. Dernier point négatif, et il est à mettre au débit de l'éditeur francophone : il manque beaucoup de mots dans le texte. Pas loin d'une quinzaine d'adverbes, prépositions et autres pronoms sont portés disparus ce qui a le don de plomber une lecture déjà pas fameuse.

4.5/10  Plat, convenu, banal. Pas franchement mauvais mais juste sans intérêt. Les scènes d'attaques de zombies ne sont même pas gores !

Winter

Publié dans Critiques Horreur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

seb 06/11/2011 01:24


bjr
je ne suis pas d'accord avec vous j'ai lu un peu tt ce qui c'est ecrit sur les zombie (resident evil , zombie terapie et business , zombie nation , etc ) je pense avoir tt lu . je ne suis qu'a la
moitié du tome 1 et je ne le trouve pas trop mal pour le moment . c'est vrai que ça reste un livre de zombie avec des survivant qui essaye de survivre mais bon . c'est bien que les zombie puissent
revenir un peu sur le devant de la scène littéraire , car j'en est vraiment mare de voir des livre de vampire pour adolescente prepuber remplir les étalage des librairie . depuis quelque temps y'en
a que pour les vampire . deja qu'avec bram stocker et anne rice ont avais fait le tour , ça suffit . je précise que j'ai lu tt les king , masterton et herbert et que je ne suis pas un simple fan de
zombie
en tt cas j'estpere que le tome 2 sera aussi bon que le 1er . vu que l'auteur est mort faut pas compter sur une suite


clovis simard 24/10/2011 22:04


Blog(fermaton.over-blog.com)No-3, THÉORÈME DES SCEAUX.-LES FLÉAUX SUR LA TERRE.


Le directeur 08/05/2011 16:31


Vous voys disputez pour des gamineries on dirait des enfants de 5ans , soit ici c est pour discuter du livre et non de la grammaire de chacun d entre nous . Ceci dit le livre est super du suspenses
et de la peur , rien de tel que lire le livre a minuit ;)


Xavier 06/01/2011 21:16


Si j'avais pas toujours cette fichue gastro, je me serais vraiment bidonné, mais merci quand même Riona.


Winter 06/01/2011 19:59


Je vous cite texto : "Vous avez une vision globale d'un critique pluti-disciplinaire sans saveur".

C'est pas prendre de haut ça ? Quand à votre définition du bon fan, elle vous appartient, on n'est pas obligé de la partager.

J'ai bien tenté de respirer l'atmosphère de l'œuvre, n'y ai trouvé aucune saveur intéressante de mon point de vue et je l'ai exprimé. C'est votre droit le plus fondamental de ne pas être
d'accord.

Quand au sentiment anti-militariste, non seulement j'ai encore le droit d'exprimer une opinion personnelle mais en plus elle est directement proportionnelle à l'aspect pro-militariste du roman.

Enfin, cassage en règle ? Où donc ?
Ne faites la victime, vous avez voulu parler franc et sec, ne vous étonnez pas qu'on vous réponde sur le même ton.

Je pense qu'on a fait le tour.