Fiche n° 753 : 120, rue de la Gare de Malet et Tardi

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
120_rue_gare.jpg

Résumé :

Sur la seule indication d'une adresse soufflée par un mourant, Nestor Burma échafaude une enquête. Mais ou diable se situe ce 120, rue de la Gare, et que doit-on y trouver ?

 

Informations complémentaires : ICI

 

Mon avis :
Prisonnier d'un stalag en pleine seconde guerre mondiale, Nestor Burma fait la connaissance d'un amnésique dont le passé est un mystère total. Avant de rendre son dernier souffle, celui-ci aura le temps de lancer au détective une adresse, et un prénom. De retour en France, Burma assiste au meurtre de l'un de ses anciens collaborateurs dont les derniers mots seront, là encore, « 120, rue de la gare... ». Il ne lui en faut pas plus pour se lancer à la poursuite de l'assassin et tenter de découvrir le lien entre son collègue et cet étrange prisonnier...

On retrouve dans cette adaptation tout ce qui fait le charme de l'intrépide Nestor Burma... Son franc-parler, son mépris des convenances, et surtout son incomparable sens de la déduction. Un chouilla trop poussé ici, peut-être, tant ses déductions sont parfois capilotractées. Quoiqu'il en soit, si l'on ne s'attache pas outre mesure à la vraisemblance de l'enquête, l'histoire est assez distrayante et pleine de rebondissements. Le contexte historique apporte aussi beaucoup à l'ensemble, puisqu'on découvre avec plaisir le Lyon et le Paris de la seconde guerre mondiale, avec les aléas de la vie en zone libre ou zone occupée. Le tout est bien documenté et enrichi d'affiches, de coupures de presse, de publicités qui nous font immédiatement remonter dans le temps.

Puisqu'il s'agit ici d'une édition spéciale pour l'été, le format est idéal pour se glisser discrètement dans une valise... Les planches ne perdent cependant rien de leur qualité, le graphisme en noir et blanc reste efficace et agréable, de même que les traits caricaturaux des différents personnages. Leur aspect à la limite du comique est en parfait accord avec l'esprit des romans de Malet, dont le héro est à la fois rustre, drôle et d'une intelligence hors normes. À lire, sans hésiter.

 

7/10 Une adaptation réussie des romans de Malet, qui met en scène un Nestor Burma plein d'entrain et d'irrévérence. 120 rue de la gare est une énigme policière intéressante, dont la qualité tient quand même plus dans le charisme des personnages que dans l'intrigue quelque peu alambiquée...

 

Cyrielle...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article