Fiche n° 742 : Légende de David Gemmell

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
legende.jpg

Résumé :
Druss est une légende.
Ses exploits sont connus de tous. Surnommé le Capitaine à la Hache lors de ses plus grandes batailles, il aurait pu devenir riche en tant que mercenaire... Au contraire, fuyant la célébrité, il a choisi de vivre retiré loin des hommes, perché au sommet d'une montagne glacée. Il a remisé son arme, vivant reclus, se contentant de la compagnie de quelques léopards des neiges. Il attend patiemment son ennemie de toujours: la Mort.
Dros Delnoch est une forteresse imprenable. Passage indispensable à la frontière de deux mondes, c'est l'ultime limite qu'une armée doit impérativement franchir si elle veut envahir l'Empire drenaï. Protégée par six remparts, elle est la place forte mythique. C'est aussi le dernier foyer d'une résistance désespérée, car tous sont déjà tombés devant l'envahisseur nadir. Il lui faudrait un atout déterminant, un chef charismatique: Druss, le vieux guerrier.
Un demi-millionn d'envahisseurs face à quelques milliers de guerriers retranchés dans une forteresse. Druss et sa hache feront-ils la différence ?

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :
Légende… avec un titre comme ça,  et une quatrième de couverture qui narre la bataille d’une forteresse défendue par quelques milliers d’hommes, contre un demi-million de d’envahisseurs aguerris, il ne fallait pas s’attendre à autre chose qu’un cliché. En même temps, c’est aussi pour cette raison que je me suis laissé tenter par cette réédition spéciale anniversaire 10 ans de la maison Bragelonne. Un packaging alléchant, pour un auteur des plus réputés sur le paysage fantastique, 350 pages, le tout à 10€, c’est en quelque sorte le bon équilibre pour une lecture fraîche et sans prise de tête estivale.

David Gemmell est en effet connu pour ces romans héroïques où la bravoure et le sacrifice sont légions, avec des personnages attachants, qui n’ont pas froid aux yeux lorsqu’il s’agit d’en découdre. Les situations ont en commun également d’êtres quasi inextricables, ce qui ne donne que plus d’ampleur au courage dont doit rengorger les différents protagonistes. Du courage, ou un tempérament kamikaze, voire les deux. Alors pour sûr, il ne faut pas chercher midi à quatorze heure sur le plan scénaristique. Ici, pas de complot, pas non plus de réels rebondissements. La première moitié du roman met en place le cadre de la bataille, où l’on fait connaissance avec les personnages, qui pour des raisons diverses, viennent se retrouver joyeusement sur le point focal du récit, la forteresse de Dros Delnoch…. Quant à la deuxième moitié, c’est du Gemmell,  une « attaque-défense », des passages inespérés entrecoupés de bulles d’oxygène, le tout ponctué par des faits d’armes, des coups d’éclat et une fin dont je vous laisse la « surprise ».

De l’action, il y en a, c’est déjà un bon point. Mais bon, si entre ces phases d’action, il y avait également des dialogues intéressants, ça ne serait pas plus mal. Je ne vais pas m’enflammer en vous disant que c’est du niveau d’un Gagner la Guerre qui pour moi reste le must dans ce registre, mais pour autant, on se laisse assez facilement prendre au jeu. Les personnages peuvent parfois être prévisibles dans leurs comportements mais ils sont tout de même attachants pour la plupart. Cet attachement se ressent surtout dans leurs échanges verbaux, où les répliques, tantôt acerbes, tantôt burlesques, voire parfois triviales donnent de la vie à cet affrontement désespéré.

6/10 Les éditions Bragelonne ont misé sur les grands succès de leurs premières années pour bâtir cette collection spéciale « 10 ans ». Bien leur en a pris pour remettre sur le devant de la scène ce « Légende », qui n’est certes pas un chef d’œuvre de la fantasy, mais tout simplement un classique. Une histoire dans l’ensemble stéréotypé, mais où la plume de David Gemmell trouve toujours public. Pour ce prix à 10€, et en vue des vacances d’été, laissez-vous tenter par cette histoire simple, efficace, et somme toute agréable à lire.

SebO

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

Luna 02/05/2011 09:53


"Légende" de David Gemmell est vraiment une histoire fantastique, on découvre un nouveau monde, des personnages atypiques qui nous entrainent avec eux dans une grande bataille... c'est génial !
Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur mon blog sur ce livre...

Jolie critique, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!


Simatural 16/07/2010 11:13


Dans le genre "les goûts et les couleurs", je suis resté totalement imperméable à l'écho du grand chant. Dans les premiers Gemmell, celui auquel j'ai le plus accroché est, je crois, L'étoile du
matin que j'avais trouvé très réussi dans son genre. ^^

Sinon, Lisez Troie une fois que vous avez lu tout Gemmell (je suis d'accord avec Cyril, c'est vrai qu'au vu de la progression de l'auteur, il est difficile de lire son oeuvre à l'envers). C'est
excellent. Je l'ai fait lire à des détracteurs de l'auteurs qui sont tombés sous le charme de cette série de grande, grande qualité.


Cyril 16/07/2010 10:32


Bon, c'est vrai qu'il faut remettre le livre en perspective. Tu cites le Lion de Macédoine, qui est pour moi son oeuvre la plus aboutie (pas encore lu Troie) avec Rigante, et c'est vrai que si on
ne commence pas par Legende, on est forcément plus critique. Personnellement, j'ai commencé par lui, et je suis depuis un fan inconditionnel de Gemmell (mon préféré reste L'écho du Grand chant,
magnifique). Cela dit, je comprends tout à fait la note, c'est juste que l'on a tendance à la monter tant ce livre marque un tournant pour beaucoup (et le début d'un cycle mémorable, Drenaï.
Le fait d'avoir su rester objectif est tout à ton honneur :)


SebO 15/07/2010 20:07


Il est bien normal de voir d'ardents défenseurs de David Gemmell, et je ne critique en rien le fait qu'on fustige mon avis. Pour ce qui est de la note, 6/10, c'est pour dire que c'est un bon livre,
mais sans plus. Il ne restera pas dans les annales, si ce n'est comme un élément charnière. J'ai voulu me borner à un ressenti objectif. J'aime beaucoup Gemmell, et bien que n'ayant pas tout lu,
c'est Waylander qui au lycée m'a remis le pied à l'étrier de la littérature. De même j'ai lu "Le lion de Macédoine", et en restant objectif, j'ai préféré ce cycle, que je trouvais plus fin, et
mieux mené scénaristiquement parlant.
Pour la comparaison avec "Gagner la Guerre", c'était pour émettre l'avis sur l'échange entre personnages. Car si les dialogues n'étaient pas aussi bons (je n'ai jamais dit qu'ils étaient mauvais,
juste moins qu'un livre que j'ai pris comme référence, à tort ou raison), le livre aurait été insipide.
Donc certes il y a des lacunes, mais rien de grave pour gêner la lecture. Après, si le lecteur est mordu de Gemmell et son univers, cette note monterait bien à 7.5, ce qui n'est pas mon cas, tout
bonnement.


Simatural 15/07/2010 16:41


Encore une fois, SebO ne fait que donner son avis. Le sien. A lui. Ceci dit, 6/10 n'est pas une mauvaise note. Oui, certains romans de bit-lit ont une note plus élevée. Et ? Il y a des lecteurs qui
préfèrent tel ou tel roman de bit-lit à Légende. Et ? D’une certaine sorte, Légende est le pendant masculin de la bit-lit non ? Ce serait comme comparer Die Hard et Sex & the City…

Pour en revenir à la comparaison avec Jaworski, elle est à mon avis légitime. Oh, si on chipote, on peut bien caser les romans dans deux catégories différentes avec un mot + fantasy à la fin. Mais,
l’un comme l’autre raconte une histoire de fantasy où le héros est un tueur. De fait, on peut les comparer… J’aime Gemmell (il n’y a qu’à voir mes critiques à son sujet sur le blog ou comment je le
conseille en librairie), mais Légende n’est pas pour moi son meilleur. Celui qui m’a lancé dans son œuvre, oui, celui pour lequel j’aurai toujours une affection particulière, oui, encore, oui, mais
Légende ne mérite pas « grosse » note. Il a trop de petits défauts, ne serait-ce qu’au niveau de certains clichés ou de l’écriture. 6 est une bonne note et, au vu de l’argumentation de SebO, elle
tient la route. Vous lui aurez mis plus ? Combien lui aurait mis moins ?

@ Etienne : tu me dois pas une critique sur le dyptique de Greg Keyes toi ? Si. Alors bosse… Non mais !