Fiche n° 731 : Battle Pape de Kirkman et Moore

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
battle_pape.jpg

Résumé :
Les démons de l'enfer ont envahi la terre et s'y sont taillé un empire. Désormais, la sécurité du monde dépend de Battle Pape, pape hors normes, buveur et paillard, dont le comparse juvénile est un certain Jésus Christ. Loin des clichés sur le panzer cardinal ou le christianisme musclé, Battle Pape offre une vision décoiffante de la religion, de l'affrontement du bien et du mal, et des super-héros.

Informations complémentaires : ICI

Mon avis :

Le Jugement Dernier est arrivé. Et Dieu a franchement les boules de voir le bordel qu'on a foutu sur Terre. Nous constatant tous plus corrompus, égoïstes et vils les uns que les autres, Dieu décide que personne n'ira au Paradis. Bien fait pour nous, non mais.

Sauf que d'un coup, le fond de commerce du Christianisme se casse la gueule. Pourquoi se faire suer à aller à l'église si, de toutes façons, il n'y a rien derrière ? Pareil pour l'Enfer qui, pour la peine, ouvre ses portes en grand. La société se réorganise et accueille des immigrants démoniaques qui s'intègrent finalement plutôt bien à notre monde. Et le pape se tape une déprime.

Mais tout ça, Dieu, ça l'embête un peu et il se dit que, malgré tout, il faudrait bien quelqu'un pour veiller sur l'humanité. Un pape au chomedu, ça pourrait faire l'affaire et si en plus, on pouvait lui coller ce babacool de fiston comme sidekick, ma foi (si je puis dire) ...

Bien avant de devenir célèbres avec Walking Dead, Kirkman et Moore avaient déjà collaboré sur une série déjantée hébergée par Image Comics : Battle Pope. On est loin mais alors très loin de la virtuosité de Walking Dead mais il faut bien un début à tout.
Les aventures de ce pape de combat braillard, bastonneur, ivrogne, débauché, bien plus porté sur la fesse que sur la messe partent d'une bonne intention mais, bon, on le sait bien, l'Enfer en est pavé. Tant qu'on se cantonne à l'improbable colocation entre le pape et Jésus, c'est la franche rigolade. Entre plans culs du pape, parties de PS3 pour Jésus et cuite sévère quotidienne, l'humanité est bien mal barrée avec des protecteurs pareils. Et le lecteur se poile vraiment. Mais quand Kirkman tente une ébauche de scénario, ça vire au n'importe quoi très chiant.

Parlons de l'objet en lui-même. L'original était bien en couleur alors pourquoi a-t-on hérité de cette version en gris et blanc ? Par souci économique sans doute mais le résultat est désastreux. L'ensemble est très sombre et vous avez intérêt à le lire en pleine lumière.

Ensuite, pourquoi cette demi-traduction du titre ? Battle Pope, ça avait plus de gueule quand même. Le lectorat a suffisamment l'habitude de l'anglais pour pas confondre avec les popes orthodoxes.

5/10 Quelques passages franchement désopilants mais globalement, on pouvait attendre mieux du pitch parodie anti-cléricale. A réserver aux fans hardcore de Kirkman.

Winter

Publié dans Critiques Comics

Commenter cet article