Fiche n° 732 : La Pierre noire (L'Ame du Temple 2) de Robyn Young

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
pierre_noire.jpg

Résumé :

Saint-Jean-d'Acre, 1274. Will Campbell est un Templier, un soldat entraîné au combat. Mais parce qu'il est membre d'une mystérieuse société secrète baptisée L'Ame du Temple, il est aussi un homme de paix qui a oeuvré à la trêve désormais installée entre chrétiens et musulmans de Terre sainte. Pourtant, les vieilles querelles ne demandent qu'à être rallumées. Edouard a promis au pape une nouvelle croisade et, en Orient, certains marchands commencent à trouver que la paix ne remplit pas assez leurs coffres. Quant au fils aîné de Baybars, il a décidé d'en découdre avec les chrétiens. Définitivement. Alors que le pire se prépare, Will est tiraillé entre ses devoirs de Templier, son rôle au sein de L'Ame du Temple et l'amour impossible qui le lie à Elwenn. Lorsque son ami de jadis et faux frère d'aujourd'hui, Garin de Lyons, est envoyé par Edouard en Terre sainte, la vie de Will sombre définitivement dans le chaos et la destruction...

Informations complémentaires :
A venir.

Mon avis :
« La Pierre Noire », deuxième opus de la trilogie « L’Âme du Temple » prend part quelques années après la fin du premier tome. Etant donné que je chronique tome par tome, et que je n’aime pas trop dévoiler les trames scénaristiques, je vais tâcher de vous relater mon ressenti. Un avis qui se voudra davantage subjectif, puisque les éléments purement techniques du premier tome se retrouvent dans le second. Ainsi, les ellipses narratives sont toujours de mises, permettant de rythmer le récit, et de voir évoluer sans lourdeur les différents personnages. Ces derniers sont pour la plupart, vous vous en doutez bien, déjà présents dans le premier épisode. Mais je trouve toujours aussi plaisant de voir ces personnages grandir, mûrir, évoluer dans leurs bons comme leurs mauvais côtés, ce qui permet d’humaniser l’épopée. De se dire que tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc, mais que les nuances de gris existent bien lorsqu’on prend du recul, et qu’on étudie plus en détail les interactions des protagonistes.

Concernant l’histoire à proprement parler, on rentre dans une nouvelle période,  qui bien que d’apparence plus calme, n’en révèle pas moins bons nombres d’intrigues sous-terraines. Et ces complots qui se tissent entre les différentes factions, que ça soit entre les camps adverses, ou à l’intérieur même de ces camps, ont tous le même objectif, à savoir fragiliser les structures dirigeantes pour laisser place à une déferlante de violence, et plonger ce mince équilibre dans le chaos. De même, l’importance des personnages au sein de ces diverses factions s’en voient pour certains renforcée, pour d’autres au contraire, plus trouble mais tout aussi redoutable.

Les rebondissements sont fréquents, et relancent l’intrigue principale, dont le dénouement ne sait pas quel vainqueur choisir. D’ailleurs, peut-on vraiment parler de vainqueurs et de vaincus, peut-on tout bonnement parler d’amis, d’ennemis, de gentils et de méchants ? Tout est question de point de vue, et on aime à faire don d’empathie afin d’humaniser toutes ces visions de la vie, et des actes qui peuvent en découler.

7,1/10 Avec cette note, ça fait une moyenne de 7 sur 10 pour ces deux premiers tomes. Les bons points aperçus dans le premier épisode se sont confirmés dans le deuxième. Alors certes on peut se dire que les ficelles sont parfois un peu grosses, que certains héros survivent toujours, mais tel est le cas dans de nombreuses aventures. Le principal reste que l’ensemble est cohérent, et que l’univers est toujours aussi bien retranscrit. La finalité devrait offrir un dernier tome haut en couleur, où un certain sentiment de revanche en sera le fil rouge.


SebO

Publié dans Critiques Autres

Commenter cet article