Fiche n° 715 : Riel (Ab irato 1) de Labrosse

Publié le par C...

Couverture :
ab-irato-1.jpg
Résumé :
Dans les villes aux rues immergées, les habitants s’organisent pour continuer à vivre. Mais certains survivent mieux que d’autres : 0,3 % de la population a accès au précieux vaccin de rajeunissement. Ainsi, tandis que les masses se battent pour survivre dans ce nouveau monde sinistré, de rares privilégiés peuvent vivre jusqu’à 200 ans… C’est dans ce Montréal au bord de l’implosion que débarque Riel Beauregard, jeune homme optimiste qui fuit sa vie à la campagne. La ville lui réserve de nombreuses surprises : les attentats, le couvre-feu… Mais aussi la rencontre de la jolie Neve, dont il tombe immédiatement sous le charme! Malgré le contexte tourmenté, ces deux jeunes gens refusent de renoncer à l’espoir.


Informations complémentaires :  Ici


Mon avis :
       Dans un futur proche, Montréal est en proie à la guerre civile. La raison ? Seule une infime part de la population aurait les moyens de bénéficier des soins proposés par Jouvex, donnant à certains privilégiés une espérance de vie presqu'infinie.

       Dans ce climat de tensions, Riel débarque en ville afin d'y trouver un job. Affrontements permanents, couvre-feu à minuit, un box pour chambre d'hôtel, le jeune homme pourtant plein d'optimisme déchante vite, et se retrouve malgré lui embarqué au côté de Neve dans ce conflit explosif...

       Une idée, un cadre, un graphisme intéressants, Ab irato avait tout pour plaire, ou pour décevoir. A vrai dire, durant la première moitié du volume, on se laisse agréablement porter le long des ruelles d'un Montréal ravagé par les eaux, aux côtés de ce jeune homme plein d'espoirs. Ses galères, ses rencontres, on les partage presque.

       Pourtant, au milieu de cette guerre de gangs, de cette tentative d'assassinat avortée, on s'attend à ce que le scénario décolle enfin. Avec cette femme mystérieuse, aux pouvoirs surhumains, on pense avoir trouvé la clef. Quand le conflit s'embrase, on y croit de plus belle. Puis vient la dernière page...

       Ce premier tome est une introduction. Oui, mais pas ce genre d'introduction grandiose qui lance une série et qui nous laisse saliver en attendant avec frénésie une suite. Non, juste une introduction un peu longue, manquant suffisemment de rythme et d'intérêts pour qu'on ait oublié la BD avant la sortie du tome suivant.


5/10 Loin d'être mauvais, ce premier tome n'est pourtant qu'une introduction, manquant souvent de rythme. On risque fort d'avoir oublié ce premier tome avant la sortie d'un tome 2.

C...

Publié dans Critiques BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article