Fiche n° 711 : Sans retour (Irrécupérable 1) de Waid et Krause

Publié le par Winter

Couverture :
irrecuperable.jpg
Résumé :
Le Plutonien était le plus grand superhéros sur Terre. Véritable protecteur de l'humanité, il incarnait le Bien. Cette époque est révolue. D'exceptionnels, ses actes et ses sacrifices sont devenus monnaie courante. L'ingratitude, l'indifférence et les moqueries des Humains sont désormais son quotidien. Déçu et trahi, le Plutonien a juré de détruire ce pour quoi il aurait auparavant donné sa vie.


Informations complémentaires :   Ici

 

Mon avis :
Et si un personnage aussi puissant que Superman faisait une dépression, sombrait dans la folie et devenait sociopathe ? Et si à force de ne voir que l'icône, on avait oublié que c'est aussi un homme, avec ses envies, ses besoins, ses défauts, ses petites névroses que la morale et le bon sens lui interdisaient d'exposer au grand jour ? Alors, personne ne serait à l'abri.

Voilà la réflexion que nous propose Mark Waid dans sa nouvelle série : Irrécupérable.

Quand un personnage aussi puissant que le Plutonien part en guerre, les dégâts sont effroyables, les morts se comptent en millions. Comme le souligne justement un des personnages : " Dieu vient de se mettre en colère ". Le Plutonien commence la traque des autres surhumains et les extermine froidement et méthodiquement, familles comprises.

Rapidement, ses anciens coéquipiers comprennent que s'ils sont encore de ce monde, c'est uniquement par la volonté du Plutonien. Comment le stopper ? A chaque fois, qu'ils abordent un début de piste, le Plutonien les prend en défaut.
Pire que tout, ce simili-Superman est, de surcroît, télépathe et fin tacticien. Découvrir les motivations du Plutonien et comprendre les raisons de son revirement pourraient bien être les derniers espoirs des surhommes survivants et de l'humanité.

Bonne surprise que cette production de Mark Waid, toujours aussi bon scénariste et dialoguiste. L'ambiance paranoïaque est vraiment prenante mais je reste dubitatif quant à la tenue de la série sur la longueur. Les personnages surpuissants sont toujours délicats à manier, leur simple présence déséquilibrant facilement un titre  (pourquoi croyez-vous que Superman ait autant de faiblesses ou que Marvel ait sacrifié Phoenix ?).
On compte sur le talent de l'auteur de Kingdom Come pour ne pas sombrer dans la facilité.

Le dessin de Krause est, hélas, assez classique et ne met pas assez en valeur les grands moments d'action et de destruction du Plutonien : il manque une dimension épique à l'ensemble, un peu à la manière d'un Brian Hitch sur The Authority pour vraiment hisser le titre au plus haut niveau.


7/10 Avec le talent qu'on lui connaît, Mark Waid réussit là un juste équilibre entre comic d'action et réflexion sur le pouvoir et l'isolement inhérent à son exercice. Espérons que la série tienne sur la longueur.

Winter

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article