Fiche n° 702 : L'Afrique de papa d'Hippolyte

Publié le par C...

Couverture :
l-afrique-de-papa.jpg
Résumé :
Jusqu’en 1980, Saly était un village de pêcheurs au sud de Dakar. C’est aujourd’hui le plus grand centre touristique d’Afrique de l’Ouest. En haute saison, plus de 20 000 personnes s’y retrouvent le long des plages. Soleil, mer, golf, quad... Saly attire aussi des retraités européens. L’un d’eux est le père ­d’Hippolyte. «Elle est pas belle la vie ?» lui demande-t-il. Le fils ne répond pas : il dessine, photographie et raconte «L’Afrique de papa».


Informations complémentaires :
à venir


Mon avis :
       En 2008, Hippolyte est convié par son père au sénégal. N'ayant jamais mis les pieds en Afrique, il en profite pour réaliser un rêve de gosse, et faire une sorte de carnet de voyage, avec dessins, croquis et photographies.

       Le port de Saly où vit son père est devenu un des principaux lieux touristiques d'Afrique de l'ouest, accueillant principalement des retraités occidentaux, venus se la couler douce au soelil, dans des hôtels luxueux où les piscines ont vue sur la mer.

       Son père est l'un d'entre eux, un blanc coupé des coutumes locales, loin des autochtones, un toubab comme on les appelle là-bas...

       Sans aucun préjugé, Hippolyte nous propose un portrait dénué de tout jugement d'une Afrique coupée en deux, entre coutumes incomprises et explosion touristique. L'intérêt, et la force de ce récit, c'est justement la capacité de l'auteur à ne pas prendre position. Le pourrait-il d'ailleurs ? Après tout, c'est de son père qu'il parle.

       Pourtant, il est évident qu'on ne peut rester insensible à ce témoignage, indifférent face à l'excès de ce tourisme et au comportement honteux de certains. Pour eux, l'Afrique (ici, le Sénégal) est un terrain de jeu, où vivre de jours heureux une fois la retraite arrivée, sans jamais prendre la peine de considérer l'autre, les autochtones.

       Révoltant ? Chacun pourra en juger. Hippolyte, lui, reste distant par rapport à ça, nous laissant le loisir de le faire à sa place, nous livrant simplement ses impressions, ses croquis, et de superbes photos pour accompagner le tout...


8/10 Entre croquis et photos, Hippolyte réalise une sorte de carnet de voyage suite à un séjour au Sénégal. A la rencontre de son père, un de ses blancs qui prend l'Afrique pour un terrain de jeu, sans la moindre considération pour les autochtones. L'auteur, lui, ne juge jamais, mais nous laisse le loisir de le faire à sa place.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article