Fiche n° 695 : FVZA de Hine et Martinez

Publié le par Etienne

Couverture :
FVZA.jpg
Résumé :
Dans un monde où une terrible épidémie transforme d’innocentes victimes en zombies, une force gouvernementale secrète entre en action : la Federal Vampire and Zombie Agency. À travers l’Histoire, de la guerre civile à la seconde guerre mondiale, la FVZA a protégé l’Humanité des hordes de suceurs de sang et autres mangeurs de viande humaine... Jusqu’à ce qu’un vaccin soit découvert et renvoya tous ces fléaux dans leur tombe. Alors qu’un nouveau virus apparaît dans une petite ville américaine, l’agent Laura Pecos doit faire usage de ses talents meurtriers pour éradiquer la menace. Mais ce qu’elle va découvrir là-bas changera son existence à jamais !


Informations supplémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=37651


Mon Avis :

This could be my great awakening
But how would I know
Cuz it's all noise to me
Are these words falling on deaf ears?

Ca n’a aucun rapport, mais c’est ce que j’entend en débutant ce texte. Oui, votre serviteur écoute de la musique de détraqué lorsqu’il doit s’adonner à la lourde tâche de critiquer (de manière constructive évidemment…) un ouvrage qu’il a lu.
Bon, qu’avons-nous donc ici ? Une couverture…dans l’ère du temps…ça attire l’œil, on met un peu de sang, un peu de corps dénudé, et hop ! Le tour est joué !

Le titre : FVZA – Federal Vampire and Zombie Agency. Pas mal.
Passons au corps de l’œuvre lui-même. Des dessins réussis, qui ne sortent pas forcément de l’ordinaire mais qui sont agréables, fluides, avec des couleurs soignées, des passages flash-back très réussis, enfin vous l’aurez compris, ça fonctionne parfaitement.


Le scénario quant à lui est assez classique, exception faite de l’agence gouvernementale de lutte anti-zombie : une jeune femme et son frère sont élevés par leur grand-père dans le but de dérouiller du zombie et du vampire. Rien de bien folichon, mais les scénarios classiques fonctionnent également.


On aboutit donc à un comic léger, sans grande prétention, que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, sans en sortir transcendé. Il y a de l’action, du rythme, des zombies, des vampires, que demander de plus ? (Oui, effectivement avec des catcheurs mexicains tout de suite c’est plus viril, mais que voulez-vous, les auteurs ne réalisent pas le pouvoir émotionnel d’un mastodonte en slip et masque coloré.)


7,5/10 Certainement pas le comic du siècle, mais tout est fait pour passer un bon moment, et la suite se fait attendre. Un bon comic de série B, ni prise de tête ni transcendant. J’en veux encore !

Etienne

Publié dans Critiques Comics

Commenter cet article