Fiche n° 687 : Vengeances (Marie des dragons 2) d'Ange et Demarez

Publié le par Icare

Couverture :
marie-des-dragons-2.jpg
Résumé :
Marie a 12 ans quand elle retrouve son village détruit, ses parents assassins, ses frères et sœurs réduits en esclavage. Elle fuit... jurant, un jour, de se venger.
Quinze ans plus tard... Marie est une guerrière qui vend ses talents aux plus
offrants. Avec son ami et frère de sang, William, un mercenaire, elle combat les “Dragons” des créatures étranges, qui se meuvent aux frontières de la réalité, et dont elle est la seule a` percevoir l’existence, et à pouvoir les affronter. Alors, Marie retrouve la trace d’un des meurtriers. Mais ses capacités étranges ne seraient-elles pas lie´es au massacre des siens ? Et ses ennemis sont-ils toujours sur ses traces ?


Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36980


Mon avis :
Olala, je suis encore en retard pour ma chronique, je vais me faire sonner les cloches (oui oui «  sonner les cloches » ça s’utilise toujours). Et je devais chroniquer…euh… c’était quoi ce que je viens de lire déjà ? Ah oui le deuxième tome des aventures de  Marie des Dragons !

Nous voici donc en présence d’une suite, intitulée « Vengeance » de façon très juste, car on va ici avoir affaire à une histoire de vengeance… Mais alors elle se venge de quoi la mère Marie hein ? Ben moi j’vais vous l’dire, la Marie elle a grave la haine parce que son village s’est fait détruire dans le tome un et qu’elle n’avait pas finit de châtier tous les petits malins qui avaient participé a  l’événement « Massacre Viol Pillage ». Bref c’est dans ce tome 2 que Marie va aller chercher par la peau du postérieur un des invités confirmé, qui en avait profité pour embarquer sa sœur. Bon je sens que c’est pas très clair, mais j’aurais du mal à mieux vous l’expliquer cette histoire…


Et pourquoi j’aurais du mal me direz-vous (allez dites-le) ? Parce que je n’ai pas été intéressé outre mesure par l’histoire. J’ai bien vu qu’on voulait qu’il y ait de l’intrigue, des révélations et des enjeux pour les personnages mais non, désolé, j’ai pas accroché du tout. Bizarrement, les personnages ne convainc pas, restent un peu « froid » et on a vraiment du mal à s’y attacher. Vous voyez ce qu’il se passe dans un film quand votre héros favoris va se faire attaquer dans le dos ? Là normalement si vous y tenez un minimum vous vous dites « P’tin mais retourne toi là ! Tu vas morfler ! cours ! fuis ! ». Et bah dans Marie des Dragons, non, ce serait plus « vasy bouge pas, t’as un monstre sur l’épaule mais j’ai juste envi de voir comment ça ferait graphiquement s’il t’arrachait la tête, et  puis même niveau scénar’ ce serait un bête de rebondissement ! ».

Alors pourquoi tant de haine ? Je pense que c’est du au croisement de plein de petits points négatifs qui en s’accumulant font que moi, je n’ai pas trop accroché. Parmi ces petits points négatifs il y a le dessin. Alors là je le signale c’est purement subjectif, je n’aime pas trop ce genre de dessin que je trouve réellement froid et figé. Du coup les phases des combats me paraissaient molles, sans mouvements, je me suis même demandé ce que l’héroïne était entrain de faire (heureusement y avait des bouts de viandes partout sur le sol et j’ai vite compris qu’elle ne faisait pas la cuisine).

Bref, c’est un style particulier, un peu vieillot à mon gout, mais qui est tout de même vraiment maitrisé par le dessinateur, ce qui plaira aux amateurs de ce genre de graphismes ( bon par contre y a quand même des cases où les personnages ont une sacrée tendance à loucher…). La couverture vaut tout de même le détour, je la trouve vraiment pas dégueu, même si elle illustre parfaitement cette aspect « figé »…

C’est devant de telle BD que l’on se rend compte que faire une chronique, c’est tout de même dur. Je viens d’accumuler plusieurs commentaires négatifs sur cette BD, alors qu’au final celle-ci est loin d’être mauvaise : on a une histoire qui m’a l’air d’être tout a fait cohérente accompagné par des dessins maitrisé, que demander de plus ?

Ce qui me gène en réalité c’est que cette BD n’a rien qui puisse la faire sortir du lot. C’est de la BD tout à fait correcte mais qui ne marquera pas l’Histoire, qui ne s’imprimera pas de façon irréversible dans ma mémoire , et ça me rends toujours un peu triste de me dire que je ne fait pas que des choses mémorables. En somme Marie des Dragons n’est pas la pépite de l’année, mais ça se lit tout de même aisément et pour peu que  ce genre de dessin et de scénario vous attire vous aurez peut être moyen d’y trouver votre compte. Moi j’ai encore un peu de mal à m’impliquer dans cette histoire, même si, il faut que je l’avoue, la toute dernière page m’a quand même donné envi de jeter un œil sur la suite.

5,5/10 Marie des Dragons, c’est comme croquer une part de Galette des Rois qui présente bien : potentiellement elle pourrait plaire mais on est quand même déçus parce que dedans y avait pas la fève. Mais bon, en tant que Bedevore optimiste, je me dis que ce sera peut être à la prochaine part !

Icare

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article