Fiche n° 659 : Totendom de Delmas et Recht

Publié le par C...

Couverture :
Totendom.jpg
Résumé :
En des temps indéterminés, sur une vaste terre vierge de l’histoire de nos civilisations, l'Empire d'Occident domine plusieurs peuples. Le pouvoir militaire et religieux y est détenu par un souverain absolu, Darius, empereur érigé au statut de Dieu vivant et que nul ne saurait défier tant son armée compte de puissants seigneurs de guerre. L'un d'eux, le comte Dante, général favori de l'Empereur et de son armée, est désigné pour repousser les barbares qui sévissent sur le front de l'Est. Dante, le plus prestigieux des généraux, aimé du peuple et célébré pour ses nombreuses victoires, est secondé par sa femme, Jeanne, grande guerrière elle-même adulée des soldats. Enceinte, Jeanne tente de convaincre son époux de renoncer à ce dernier combat, mais en vain : Dante ne saurait trahir la confiance de Darius, son souverain, son protecteur et son ami...

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://critic.fr/detail_livre.php?livre=14691
Tome 2 : http://critic.fr/detail_livre.php?livre=37575


Mon avis :
       Aachen, capitale de l'Empire d'occident, l'Empereur Darius s'apprête à y régner en maître absolu. Mais pour cela, il lui reste une ultime bataille à livrer face aux barbares, sa gloire sera alors éternelle.

       Il y a des années, le sorcier Eurynome lui confia deux enfants, deux jumeaux, qui le rendraient invincibles : Dante et Jeanne. Aujourd'hui amants, ils sont devenus les grands généraux de l'armée impériale, prêt à obéïr aux moindres désirs de leur père. Mais la popularité de Dante est immense, et la soif de pouvoir corromp même les plus grands...

       Dans un Empire imaginaire, inspiré de Rome et de sa conquête du monde, Totendom est l'histoire de cette corruption. Celle de Darius, enviant son fils pour l'amour que sa soeur lui porte, et pour la gloire que lui n'aura jamais. Celle de Dante st son désir insatiable de vengeance. Cette corruption orchestrée par un homme, le sorcier Eurynome, 28 ans auparavant.

       Mais c'est aussi et surtout le récit d'une descente aux Enfers, tout comme le Dante de la Divine comédie. Allongé sur une barque, sa main coupé accroché autour du cou, il se laisse mener sur le fleuve, vers le temple des morts, le Totendom, pour retrouver son aimée, celle qui porte son enfant, sa soeur.

       Mais Totendom, c'est avant tout une ambiance, sombre, pesante. Un rythme lent, un narrateur aux allures de prophète, évoquant des plans qui nous dépassent , une créature mythique : le dragon. A aucun moment on ne cerne réellement les buts de  cette figure énigmatique, tapi dans l'ombre. Pourtant, on se laisse bercer par ses paroles, tel Dante descendant le fleuve... Oui, il ne se passe pas grand chose, mais...

       Difficile d'ailleurs à ce sujet de ne pas s'attarder sur les dessins. Deux couvertures sublimes d'A. Alice, une pour chaque membre du couple. L'intérieur est signé R. Recht. On pourrait s'attendre à une déception classique en pareil cas, il n'en est rien. Très porches de ceux d'A. Alice, les dessins sont ici tout aussi grandioses. Décors, scènes de batailles, cadrages osés, monuments, c'est juste bluffant. Pour finir de nous achever, trois couleurs dominantes, rouge, blanc, noir. Un noir omniprésent (trop ?), presque étouffant, qui fait la vraie force de Totendom.


9/10 Sombre, grandiose, magnifique.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article