Fiche n° 645 : Le songe de Siwel d'Enfin libre

Publié le par Cyrielle...

Couverture :
le-songe-de-siwel.jpg
Résumé :
Une jeune fille têtue et curieuse croise le chemin d'un lapin très en retard … Cela vous rappelle quelque chose ? Plongeant dans les ténèbres d'une mystérieuse bibliothèque, voilà Siwel partie dans un voyage onirique à la Lewis Carroll, où elle croisera de célèbres héros de romans. Des rats patibulaires, une lune en forme de virgule, un farfadet frivole et fanfaron, seize Louis sonnants et trébuchants, une reine de cœur d'artichaut, une glace qui réfléchit, un Lapinot toujours pressé… Voilà quelques-unes des atypiques rencontres de la jeune Siwel, qui va devoir faire preuve de ténacité pour trouver la sortie de ce labyrinthe.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=35958

Mon avis :
       Quand on se plonge dans Le songe de Siwel, on n’en ressort pas avant d’avoir dévoré jusqu’à la dernière case. On se laisse emporter avec une facilité déconcertante dans les différents univers que traverse l’héroïne, et on découvre au fur et à mesure une quantité impressionnante de références aux grands classiques de la littérature. Pour n’en citer que quelques uns, on y retrouve évidemment Alice au Pays des Merveilles de Carroll, le Sonde d’une nuit d’été de Shakespeare, ou encore le Collier de la Reine de Dumas. Pourtant, rien de prétentieux, d’intellectuel ou de prise de tête. Le trait, la mise en couleur et le ton sont tout en légèreté, et en douceur enfantine.

       Le texte est subtil et juste, le graphisme à la limite de la perfection : du début à la fin, l’illustrateur joue sur la bichromie, avec une maîtrise de l’aquarelle à faire pâlir Turner… bien que dans un style absolument incomparable. Chaque « acte » possède ses propres codes, ses propres couleurs, ce qui participe encore à nous faire tomber chaque fois plus profondément dans l’univers de Siwel. Et puis, bien sûr, il y a la fin… Parce que non, ce conte n’est pas gratuit, et cette ultime surprise nous donne immédiatement envie de recommencer la lecture au début. Avec, cette fois, une vision radicalement transformée de l’histoire et des personnages.

       Cette réussite, c’est au collectif « Enfin Libre » qu’on la doit. Philippe Renaut, scénariste, et David Barou, dessinateur, signent là un album qui marquera tous les lecteurs. Et qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler, pour de nombreuses raisons, le superbe  Un regard par dessus l’épaule de Paquet et Sandoval.

9/10 Le songe de Siwel, c’est bien plus qu’une bande dessinée. C’est un poême, une ode à l’enfance, au rêve… Magnifique dans le sens et dans la forme, bref, un enchantement si vous aimez comme moi les contes qui vous emmènent loin, très loin.

Cyrielle...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article