Fiche n° 636 : Le bleu est une couleur chaude de Maroh

Publié le par Meor

Couverture :
le-bleu-est-une-couleur-chaude.jpg
Résumé:
La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir. Elle lui permettra d’affronter enfin le regard des autres.

Informations complémentaires :
http://critic.fr/detail_livre.php?livre=36457


Mon avis :
J'ai un avis très particulier sur cette BD, partagée entre le fait simple de l'avoir énormément appréciée et d'avoir, tout en même temps, été déçue…
Je m'explique !


Pour ce qui est du dessin et de la colorisation, je n'ai rien à dire. C'est beau. Très beau. Et encore plus par leur réalisation assez inhabituelle, qui n'est pas sans me rappeler mes premières lectures de la série  des Sambre. Les corps et visages sont expressifs, et le dessin reconnaissable. Surtout pour ceux qui (comme moi) suivaient déjà le blog de l'auteure.


Pour ce qui est de l'histoire, la mise en scène est simple, mais efficace, et l'histoire d'amour est centrale. Elle a cela de « particulier » dans l'univers de la BD qu'elle met donc en scène une histoire d'amour entre deux femmes. Bien.
Maintenant permettez moi un peu de révélations.


Evidemment les choses ne seront pas simples pour Clémentine (la narratrice) qui va devoir accepter, gérer, et affirmer sa sexualité qui la trouble. Ces moments ont réveillé en moi nombre de souvenirs, il est vrai, et c'est aussi pour cela que j'ai attendu un peu pour rédiger ma chronique. Il est vrai que cette phase d'acceptation, d'appréhension n'est pas toujours aisée, et elle est ici extrêmement bien retranscrite...

Cependant, l'histoire d'amour est, à mon avis, un peu trop… tout.  Nous avons d'un coté Clémentine, qui évolue dans un monde (familial compris) où l'homosexualité est vue comme anormale, dégénérescence, étrange, tabou, et qui de fait aura beaucoup de mal à s'accepter et vivre en tant que telle (ah non, heureusement elle a UN copain homo lui aussi) ; et d'un autre coté Emma, qui a déjà passé ces épreuves, aux parents bien plus ouverts et évoluant dans la communauté LGBT, militante également de leurs droits et cause. Et j'avoue que cette totale opposition des mondes, même si elle existe, même si je la comprend et comprend le procédé, m'a un peu … comment dire… laissée perplexe.

De même l'histoire qui est très tendre, très mignonne, malgré des rebondissements parfois trop téléphonés et une fin que d'aucuns pourraient trouver dure –mais qui m'a semblé trop classique – m'a un peu laissée sur ma faim. Même si elle m'a émue et que je l'ai trouvé très bien tournée… il y manquait un petit plus qui pourrait faire de cette histoire un incontournable.


7/10  Le bleu est une couleur chaude est de ces bd qui savent allier un fond et une forme pour vous faire passer un moment très particulier. Qui plus est malgré les quelques défauts que j'ai pointés ici j'ai passé un très bon moment et ne puis que vous la recommander.  J'espère d'ailleurs que cette bd s'imposera comme une référence et que, d'ici quelque temps et au moins en bd, quel que soit les sexes des personnes au sein d'une histoire, ceci ne sera qu'un détail.

Meor

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article