Fiche n° 626 : Le dossier Raboukine (Les quatre de Bakerstreet 2) de Djian, Legrand et Etien

Publié le par C...

Couverture :
Les-quatre-de-bakerstreet-2.jpg
Résumé :
Londres, 1890. Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain... Sherlock Holmes. Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar...

Informations complémtaires :
http://critic.fr/detail_livre.php?livre=36219


Mon avis :
       Près d'un an après les événements du tome 1, Billy, Charlie, Tom et Watson le chat enquêtent sur une bien sinistre affaire dans les rues de Londres. Des prostituées sont retrouvées assassinées et la presse parle du retour de Jack l'éventreur. Pourtant, la police tient son coupable : Victor Raboukine, socialiste immigré ayant fui le régime tsariste. Une        conclusion qui semble un peu trop "rapide" aux yeux des quatre de Bakerstreet...

       Le premier tome était une très bonne introduction, avec un mise en place efficace du cadre, des personnages. Mais ce qui avait marqué les esprits, c'était sa qualité graphique. Un trait assuré, des couleurs superbes, mais surtout, un dynamisme hors du commun, une fluidité ahurissante et un cadrage, une mise en scène de grande classe. Pourtant, il faut le reconnaître, on pouvait lui reprocher de négliger un peu le scénario au détriment de l'aspect graphique.

       Avec ce deuxième tome, la série s'envole. Visuellement, c'est toujours aussi beau, mais cette fois, ça ne s'arrête pas là, bien au contraire. Le scénario est ici d'une rare densité, jouant sur plusieurs niveaux, mêlant plusieurs enquêtes. D'un côté, le spectre de Jack l'éventreur, de l'autre, les prémices d'une révolution socialiste en Angleterre.

       Pour enrichir le tout, quatre (trois ?) personnages de plus en plus typés, attachants, un chat (c'est lui le quatrième personnage), des adversaires parfois caricaturaux à souhait, parfois inquiétants, et une ambiance londonienne, celle de la fin du XIXème, toujours aussi prenante.

       Les quatre de Bakerstreet, ce n'est ni une BD adulte, ni une BD jeunesse, mais bien une BD transgénérationnelle. Les plus jeunes y trouveront une intrigue bien ficelée, dynamique, avec un discours sur l'immigration, la liberté. Quant aux plus agés, et bien, à peu de choses près la même chose, avec bien sûr, quelques clés supplémentaires pour comprendre certaines références...

8,5/10 Graphiquement superbe et d'un grand dynamisme, ce deuxième tome apporte à la série ce qui avait fait légèrement défaut au premier tome : la richesse d'un scénario bien ficelé.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article