Fiche n° 653 : Le casse - Troisième jour de Meunier et Guérineau

Publié le par C...

Couverture :
le-casse-2.jpg
Résumé :
7 avril de l'an 30. Jésus de Nazareth a été condamné, il sera crucifié. Impossible d'interférer dans ce qui semble déjà écrit. Impossible de dérober Jésus à de telles autorités. Impossible d'aller contre les desseins de l'Éternel. Impossible ? Marie Madeleine et Jacques le Juste ne l'entendent pas ainsi. Contre tous, y compris contre la volonté de Jésus lui-même, ils le libéreront... mort ou vif.


Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36335


Mon avis :
       Après la Sibérie, la Judée. Après donc un premier volume plutôt réussi, bien qu'assez classique, d'autres auteurs (ceux d'Après la nuit) s'attaquent à un projet de casse beaucoup plus ambitieux. Nous sommes en 30 après celui qui va nous intéresser directement. Cette fois, le casse est organisé par une certaine Marie-Madeleine, pour récupérer un homme condamné à la crucifiction.

       Sauver Jésus... Pouvait-on imaginer projet plus fou ? La question est pourtant de savoir comment les auteurs vont s'en sortir. Et pour faire court, disons que l'on reste plus que mitigé.

       Oui, l'affaire tient la route et le plan de cette Marie Madeleine aux allures d'une Mata Hari ne reculant devant rien pour arriver à ses fins, est cohérent, quoi qu'un peu fou, et maîtrisé de bout en bout, sans faille scénaristique, sans trop de raccourcis, au contraire même.

       Oui, le fait de voir l'histoire réécrite, ou plutôt avec des explications différentes de faits connus ne manque pas d'intérêt. Certaines phrases font même sourire ("celui-là, dans 10 ans, on n'en entendra plus parler" à propos de Jésus...) et certains personnages semblent d'une grande complexité.

       Pourtant, il faut bien le reconnaitre, on a l'impression durant toutes ces pages, d'être face à une copie hors sujet. C'est bien beau de tenter de le rappeler à la fin (avec une phrase sortie de nulle part), mais concrêtement, s'agit-ici réellement d'un casse ? Où sont les diamants, la banque ? La moindre des choses avec une série concept, c'est de suivre ce concept justement. Ici, on reste dubitatif.

       On serait d'ailleurs certainement passé sur ce détail s'il n'y avait pas eu de nombreux autres défauts. Le plus frappant étant le manque de rythme. Certaines scènes traînent vraiment en longueur, dans le but, sans doute, de s'en tenir à un certain nombre de pages, afin de justifier le prix (et ce "concept" là, on y tient). D'autres sont vraiment confuses, comme toutes celles avec Judas par exemple. Résultat, on est très souvent tenté de passer 2 ou 3 pages, pour se rendre compte qu'on n'a pas perdu grand chose.

       De manière générale donc, malgré une idée intéressante quoi qu'un brin hors sujet, la magie ne prend pas. On se force même à continuer par moment, pour voir comment les choses vont tourner. Dommage qu'à ce niveau aussi, ce soit sans surprise, et qu'au final, on reste sur notre faim.


3,5/10 Les auteurs voulaient sans doute réaliser le casse le plus improbable possible, mais Troisième jour n'est vraiment pas à la hauteur de son ambition. L'idée, bien qu'un poil hors sujet, était pourtant intéressante. Une nouvelle série concept, comme prévue : inégale.

C...

PS : J'oubliais le côté grossier et anachronique des dialogues... Comment ai-je pu ?

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article