Fiche n° 607 : Les insurgés d'Edaleth de Tackian, Miquel et Brion

Publié le par C...

Couverture :
insurges-d-edaleth.jpg
Résumé :
Au cœur de la galaxie d'Irth, le commandeur Braso, despote sanguinaire, s’apprête à proclamer une nouvelle croisade visant à écraser définitivement toute rébellion. Seuls les Insurgés d’Edaleth s’élèvent encore contre la voix du tyran. Pour survivre, un seul mot d’ordre : choisir son camp. Et pour durer, un seul moyen : le trahir. Bienvenue dans un monde de paix et d'harmonie…

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=8543
Tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=16193
Tome 3 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26914


Mon avis :
       Edaleth, l'invisible, la cité mythique, source de toutes les convoitises, et bases secrète des rebelles. La position du commandeur Barso est instable. L'ordre religieux, ses ministres, son armée, tous commencent à remettre en cause sa domination. Pour restaurer son influence, il n'a qu'une solution, offrir au peuple la guerre sainte qui lui rendra Edaleth...

       Dans ce contexte de manipulations politiques en tous genres, on va suivre Ama, jeune sicaire infiltrée pour le compte de Barso, parmi les insurgés. Du moins, c'est ce qu'il pense. Car dans Les insurgés d'Edaleth, les apparences sont trompeuses, et tout est toujours plus compliqué qu'on ne le croit. Aucune alliance n'est jamais définitive, jamais fiable, un seul mot d'ordre : trahison.

       Aucun manichéisme ici, on ne peut faire confiance à personne. Quels sont les alliés, les ennemis ? Qui sont les mauvais dans l'histoire ? Ces questions n'ont pas de sens, ou du moins, pas de réelle réponse : tout le monde, et personne à la fois...

       Résultat, on se laisse porter par l'histoire, perdus et manipulés à notre tour, face à cette intrigue complexe, orchestrée en trois temps. Un premier tome introductif, cantiques, et deux tomes suivants aux noms évocateurs : croisade et libération. Un scénario extrêmement bien construit donc, qui souffre pourtant parfois de quelques longueurs, de quelques ralentissements.

       Graphiquement, il s'agit là du premier essai BD d'A. Brion, et malgré quelques "erreurs de jeunesse" durant le premier tome, en matière de mise en page ou de mouvement notamment, l'ensemble est une grande réussite. Des décors informatisés ultra-réalistes, un sens du détail exceptionnel et des personnages typés, répugnants ou sexy. Tout est en parfaite harmonie pour donner une ambiance SF "old school" évoquant inévitablement des séries comme Dune.

       Au final, Les insurgés d'Edaleth constitue une excellente série de SF, chose assez rare en BD pour insister là-dessus. Là où certaines jouent avant tout sur l'action, elle tente une autre approche : la manipulation politique, la trahison, l'absence totale de manichéisme. Et c'est plutôt une réussite donc, puisque, une fois terminée, on se demande encore de quel côté on doit se ranger : derrière Ama la sicaire assassine ? Derrière Mayak, le chef des rebelles pourtant infame manipulateur ? Ou, pourquoi pas, derrière le tyran Barso, qui finit par inspirer plus de pitié que de haine ?

8/10  Une lutte désespérée pour la possession d'une ville mythique, Edaleth est une excellente série SF, où se mêlent action, trahison et manipulations politiques en tous genres, dans des décors somptueux, rappelant l'univers de Dune.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article