Fiche n° 600 : Smoke City - tome 1 de Mariolle et Carré

Publié le par C...

Couverture :
smoke-city.jpg
Résumé :

Carmen, voleuse notoire, retrouve ses anciens complices pour les convaincre de monter à nouveau un coup. Détail piquant, c’est elle qui les a trahis six ans auparavant. Elle leur propose de voler une momie pour le compte d’un riche collectionneur. Pour ce faire, le commanditaire exige la reconstitution de la bande à l’identique. Mais ce qui devait être l’affaire du siècle se révèle être une arnaque à l’assurance…

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=24103

Mon avis :
       Six anciens équipiers se retrouvent pour faire un dernier coup, celui qui doit tous leur permettre de sortir de leur vie pourrie. Une affaire relativement simple pour ces experts et particulièrement bien payée, par un commanditaire mystérieux.

       Du déjà vu ? Oui. Du très classique ? A priori aussi, d'autant que les auteurs ne reculent pas devant quelques caricatures. L'équipe est reformée par Carmen, la sulfureuse rousse qui les avait tous trahis 6 ans auparavant. Cole,le personnage central noie sa misérable existence dans le whisky. Je vous l'ai dit, du déjà vu.

       Alors pourquoi Smoke City n'est elle pas une BD simplement divertissante, qu'on lit, qu'on range, puis qu'on oublie ? Déjà parce que scénaristiquement, elle ne cesse de nous surprendre. Très classique au premier regard, elle l'est beaucoup moins à la lecture, et de moins en moins encore au fil des pages. Le braquage n'est pas celui d'une banque ou d'une bijouterie, mais d'un musée (oui, ça reste classique, mais moins...). Et puis finalement, le braquage n'en est pas vraiment un, mais plutôt une fraude à l'assurance... Je m'arrête là. De nombreuses questions restent d'ailleurs en suspens, intrigantes. Qui est ce commanditaire, et pourquoi réunir ces 6 anciens équipiers ? Qu'est vraiment cette momie capable de faire sauter le haut d'un immeuble dès la première page d'une BD ? Aucune réponse tranchée n'est encore permise.

       Et puis aussi parce que chaque perso subit un traitement en profondeur, les rendant tous vraiment interessants. Et même si leur association est un peu classique (le flic, le combattant, le blasé...), elle se justifie amplement. Pour l'instant 3 personnages se détachent, dont 2 sont a priori les plus classiques. Carmen, la femme fatale, sublime rousse qui veut organiser l'opération après sa trahison. Cole, le narrateur blasé, un brin alcoolique, beaucoup plus interessant qu'il n'y parait. Et enfin, mais c'est très personnel, le chat de Carmen, qu'on voit peu, mais quelle classe. Tout blanc. Magnifique.

       Mais surtout, ce qui détache Smoke City du reste, c'est son ambiance enfumée, son côté film noir américain. Certes, la narration, l'histoire y sont pour beaucoup. Mais voilà, parfois un simple argument suffit. Ici, il s'appelle Benjamin Carré. Un des plus talentueux illustrateurs du moment. Capable du meilleur comme... du meilleur, quel que soit le style, l'ambiance recherchés. Il sait mettre des détails d'une rare précision quand il faut, pour revenir à un trait plus simple quand c'est nécessaire. Tout l'art de faire oublier son incroyable maitrise technique. Il n'y a qu'à comparer les décors et les personnages pour comprendre. Des effets de flou immersifs quand un perso est sonné, l'aspect brumeux de l'ensemble de la ville, des couleurs et un jeu de lumière d'une rare qualité. L'ensemble forme une alliance parfaite, tout simplement.

       Au final, si en ouvrant Smoke City, on peut penser qu'il s'agit d'une BD juste magnifique, mais au scénar trop classique, cela ne fait que renforcer les surprises et donc la qualité de l'intrigue à mesure qu'on progresse. Et puis à la fin, il reste l'agréable sensation de ne pas savoir du tout où on va aller pour la suite, parce qu'il faut bien l'avouer, à l'image de vos perso, messieurs Mariolle et Carré, vous avez foutu un sacré merdier.

9/10  Un dessin de Benjamin Carré une nouvelle fois sublime, une ambiance exceptionnelle, des perso fouillés et une histoire de braquage beaucoup moins classique qu'il n'y parait. Une très grosse claque.

C... 

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Eric 10/04/2010 10:51


Ouhahahou !!!
Pour fêter ça on essaye de faire venir monsieur Carré en dédicace... Négociations, négociations ;o)


Simatura 10/04/2010 10:24


Voilà une bd qui déchire dont la suite se fait trop attendre :-(

PS : 600 ème chronique ! YEAH !!!