Fiche n° 597 : Lulu femme nue de Davodeau

Publié le par Cyrielle...

Couverture :
lulu-femme-nue.jpg
Résumé :
Lulu, mère de famille de quarante ans, sans histoire, a disparu  depuis plus de deux semaines, abandonnant mari et enfants à ses amis désemparés. L’un d’eux, Xavier, a retrouvé sa trace. En une nuit, il entreprend de raconter aux autres ce qu’a vécu Lulu pendant cet étrange voyage : Lulu a quitté sa vie normale en sortant d’un énième entretien d’embauche. Elle n’avait rien prémédité. Ça s’est passé très simplement. Elle est partie avec une femme dont elle ne connaissait rien, et s’est octroyé quelques jours de liberté, seule, sur la côte, sans autre projet que de savourer pleinement, et sans culpabilité, cette vacance inédite. Presque surprise par sa propre audace, Lulu rencontre de drôles de gens, qui sont, d’une façon ou d’une autre, eux aussi au bord du monde.

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30939
Tome 2 :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36175

Mon avis :
       Lulu, c’est une femme ordinaire. La quarantaine, mariée, 3 enfants… Une « madame tout le monde » qui décide un jour de prendre un peu de temps pour elle, pour réfléchir, faire le point sur sa vie. Avec elle, on part sur les routes sans trop savoir où et quand se situe la fin du voyage. On partage ses doutes, ses erreurs, ses rencontres…

        Et on se laisse vite embarquer. Malgré le sérieux du scénario, le ton reste toujours léger, envoûtant. Ce n’est pas l’action qui domine ici, au contraire, mais cette lenteur apparente participe à l’ambiance cotonneuse de l’histoire. Comme dans un rêve, on a la sensation d’être en dehors du temps, de vivre une parenthèse irréelle, avec ce que ça a de bon, et ce que ça a de mauvais… Le style graphique y participe en grande partie, avec des teintes sable et bleu ciel du début à la fin. Du doux, toujours, rien de tranché, rien d’agressif, même pour les passages les plus sévères.  Le trait n’est pas spécialement beau ni même très habile, bien que l’on puisse noter la vieille Marthe, plutôt réaliste, et particulièrement réussie. Quoiqu’il en soit, le dessin ne gâche rien, et on est rapidement séduits et touchés par les différents protagonistes.

        Et puis, il y a cette tension, presque jusqu’à la fin… Qu’est devenue Lulu ? Pourquoi ses amis et sa fille se retrouvent-ils en pleine nuit sur la terrasse, à se raconter son histoire et son voyage, comme s’il avait été le dernier ? On tourne les pages avec un mélange d’appréhension et d’impatience, jusqu’au dénouement où tout s’éclaire. Malgré tout, la fin n’en est pas une, et on se doute que dans la famille de Lulu, cette escapade ne restera pas sans conséquences.

8/10 Lulu, Femme Nue, c’est une tranche de vie. On ne le lit pas pour changer d’univers, on n’en ressort pas des images plein la tête, on ne sait même pas citer ensuite un passage qui nous a marqué plus qu’un autre… Mais ces deux livres sont une petite bouffée d’oxygène, une pause pleine de justesse, de tendresse et de doutes, qui nous pousse un peu à nous demander, nous aussi, où l’on en est et où on va…

Cyrielle... 

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Lelf 07/04/2010 18:43


Je préfère Chabouté dans le genre ^^
Par contre j'avais adoré Les Mauvaises gens de Davodeau.


C... 07/04/2010 13:03


Idem... Je fais partie de ces gens qui ne sont pas sensibles à ce que fait Davodeau... Je sais, nous sommes peu nombreux, mais voilà... C'est super, c'est beau, c'est bien écrit, et tout et tout...
Mais qu'est ce que ça m'ennuie...


Lelf 07/04/2010 12:16


Pas été transportée par ce second tome, pas retrouvé la magie du premier. Dommage. Bon, ça ne fonctionne pas toujours selon les gens et le moment. Tant pis pour moi ^^