Fiche n° 587 : Là où les enfants ne s'aventurent pas (Légendes de Parva Terra 1) d'Arnaiz

Publié le par C...

Couverture :
legendes-de-parvaterra.jpg
Résumé :

« La légende veut que, jadis, les Adultes ont disparu
du monde sans laisser de trace. Depuis, nous, les Enfants,
nous sommes les seuls habitants de Parva Terra.
Le temps s’est arrêté et nous sommes devenus immortels.
Nombreux sont ceux qui pensent que les Adultes ont existé un jour.
D’autres affirment que les Enfants ont toujours gouverné ce monde.
C’est la raison pour laquelle nos tribus sont en conflit.
Cependant, une ancienne prophétie annonce
le jour où nous devrons découvrir les secrets du passé…
Un jour où, tous ensemble, nous nous dresserons contre un fléau
qui menacera à nouveau notre Petit Monde.
Même si, bien sûr, tout cela n’est qu’une légende... »

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36619

Mon avis :
       ParvaTerra est une île minuscule, à peine de quoi y mettre un chateau, un rivière, et une forêt. Sur cette île, ne vivent que des enfants, depuis la disparition des dieux qu'ils appelaient les adultes. Certains continuent de leur vouer un culte, ce sont les mages cheveux noirs, d'autres, préfèrent se battre, et étendre leur domination sur ParvaTerra. Respectés et craints de tous, ils sont les maîtres des lieux, ce sont les chevaliers blonds. Léo est l'un d'entre eux. C'est le meilleur ami du roi tyrannique. La nuit, il rêve de la disparition des dieux, de l'obscurité, le mal absolu, et contrairement à son ami, la guerre ne lui suffit pas, il a besoin de réponses à ses questions.

       Des enfants, un mal absolu vraiment très méchant, une rivalité entre deux amis, il faut bien le dire clairement, ParvaTerra se pose comme une alternative aux Légendaires. Dès lors, de nombreux problèmes se posent.
D'abord, ce premier tome sort alors que la série de Sobral est déjà le gros succès succès des librairies, des cours de récré et de tout l'univers, au moins. Douze tomes déjà, un public qui vient demander si le tome 11 est sorti deux jours après la sortie du tome 10. Un éléphant de la BD jeunesse, en somme, comme Babar, indétronable, un roc, un cap, que dis-je... Bref, tenter de jouer dans la même cour, c'est loin d'être gagné.

       Vous imaginez alors l'autre problème majeur. Quand on copie ouvertement un concurrent déjà bien implanté dans le milieu, la moindre des choses est, au minimum, de l'égaler. Quand il y a 11 tomes d'avance, il vaut même mieux le surpasser. Et là, on en est loin, très loin même.

       D'accord, le scénario change un peu, bien que très classique avec des méchants cheveux noirs, des gentils blonds (ou l'inverse), mais pour le reste, c'est un cran en dessous. Les Légendaires jouaient sur les explosions de couleurs complémentaires (bleu et orange en tête), ParvaTerra aussi, en plus fade. Ils jouaient sur l'aspect manga, ici aussi, en plus brouillon, plus chargé, avec trop de textes (un peu comme moi là)...

       Je tiens juste à finir sur une interrogation naïve de ma part. Pourquoi tous les contours sont ils en pointillés ? Cela pique vraiment les yeux à la longue. Alors est-ce juste un travail baclé ou une volonté de donner un style original, différent ? Si c'est le cas, en tout cas, c'est une réussite, car visuellement, c'est... différent...

4/10 Soyons clairs, ParvaTerra est un sous-Légendaires. Vous suivez la série de Sobral ? Continuez. Les autres peuvent se laisser tenter, tout en gardant à l'esprit qu'ils auront, eux, l'occasion de trouver mieux ensuite.

C...

Publié dans Critiques BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article