Fiche n° 585 : Iron Man - La guerre des armures de Michelinie, Layton et Bright

Publié le par Winter

Couverture :
iron-man.jpg
Résumé :

Quand Tony Stark découvre que la technologie utilisée pour l'armure d'Iron Man a été reproduite et exploitée à des fins criminelles, il se lance dans une croisade impitoyable qui va le mettre en porte-à-faux avec ses amis Vengeurs et avec Captain America. La sortie d'Iron Man 2 au cinéma était l'occasion rêvée de présenter cette saga considérée par beaucoup comme la plus belle aventure du Vengeur Doré.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36358

Mon avis :
A l'approche de la sortie de Iron Man 2 au cinéma, Panini entend bien profiter de l'engouement médiatique et nous gratifie ce mois-ci de plusieurs parutions consacrées au vengeur doré dont la fameuse Guerre des Armures (Stark Wars en vo).

Je dis fameuse car cette saga fut un succès considérable lors de sa sortie initiale aux USA en 1987. L'action démarre quand Stark s'aperçoit que ses systèmes informatiques ont été piratés, en particulier des schémas techniques très évolués, formant la base de son armure. Stark s'était souvent demandé d'où les super-criminels en armure pouvaient tirer leur technologie. Il a désormais la réponse : elle vient de ses propres recherches.

Moralement accablé par l'idée que son travail a indirectement contribué à la mort d'innocents, Stark décide de se lancer en guerre et de neutraliser toute technologie en lien avec l'armure d'Iron Man. On voit vite que le pitch est prétexte à l'affrontement avec divers personnages en armure, classique pour Iron Man donc, mais tout l'intérêt de la chose est de savoir jusqu'où Stark est prêt à aller. Car tous les porteurs de costumes dérivés du sien ne sont pas dans le mauvais camp, bien au contraire.

A la condition expresse de bien la remettre dans son contexte années 80, cette saga est un des très grands moments de la série. Tous les ingrédients y sont : action, technologie, une pointe de réflexion morale et une pléthore de guest stars. Maintenant, c'est difficile de ne pas rigoler quand on voit le brushing de Tony Stark. L'ensemble a un côté désuet mais ça a son charme.

Et c'est là qu'intervient l'un des soucis éditoriaux de cette réédition. Dessin, ambiance clinquante, ficelles scénaristiques parfois naïves : tout ici respires les 80's. Or, fidèle à son habitude lors des rééditions, Panini a refait la traduction et l'a adaptée au langage de notre décennie. Le choix peut se défendre (viser un public actuel jeune) mais franchement, lire des expressions comme " c'est du lourd " dans un comic des années 80, ça colle vraiment pas. A chaque page, j'avais peur de lire " c'est frais " ou " tu peux pas test ". De même, la mise en couleur très vive de l'époque était atténuée par le papier d'assez mauvaise qualité aussi bien dans la version américaine que française (Strange 230 à 238). Le même rendu sur un papier brillant est assez flashy, pour pas dire agressif.

Je termine le négatif par de basses considérations financières. Cette édition nous propose 8 épisodes pour 23 euros. L'édition originale française est assez facile à trouver et se monnaye facilement 5 euros le numéro, soit moins de 50 euros pour l'ensemble des Strange concernés, Un Strange contenant l'équivalent de quatre comics américains, faites vos calculs. Et cela sans compter que Strange publiait dans ces numéros là le Spiderman de McFarlane et les Avengers de John Buscema. Moi, je dis ça, je dis rien, hein ...

A côté de tous ces points négatifs, les qualités de l'œuvre en elle-même sont intactes. Le dessin de Mark Bright est superbement rehaussé par l'encrage de Bob Layton, co-scénariste de David Michelinie. Les armures sont superbes, les combats sont ultra-dynamiques, c'est une des meilleures périodes graphiques de Tête de Fer. Quand à la conclusion, elle est signée de l'extraordinaire mais trop rare Barry Windsor Smith. Si vous avez lu son Weapon X, vous avez déjà une idée de la tuerie graphique. D'ailleurs, c'est la seule partie du récit à ne pas avoir souffert du passage au papier glacé. Cet épisode justifierait presque à lui seul l'achat de cette édition.

8/10 Pour le récit en lui-même. 5/10 Pour cette édition en particulier. Une œuvre culte d'Iron Man qui souffre quelque peu de sa modernisation éditoriale. Si vous voulez un beau volume de bibliothèque et que vous n'envisagez pas de vous lancer dans la récupération des Strange, ce volume est pour vous sinon ...

Winter

Publié dans Critiques Comics

Commenter cet article