Fiche n° 586 : Sous des Cieux Etrangers de Lucius Shepard

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
sous_cieux_etrangers.jpg

Résumé :

« Tout cela s’est passé il n’y a pas si longtemps sur la station Solitaire, par-delà l’orbite martienne, là où sont assemblés et lancés les astronefs de reconnaissance qui s’évanouissent dans une gerbe de feu de plusieurs milliers de kilomètres de diamètre, et c’est arrivé à un homme du nom de William Stamey, mieux connu sous le sobriquet de Bernacle Bill. Une minute, rétorquerez-vous sans doute, j’ai déjà entendu cette histoire. Elle a été racontée et reracontée. À quoi bon la ressasser ? Mais qu’avez-vous vraiment entendu ? »

En cinq longs récits d’une implacable justesse, Sous des cieux étrangers, manière de pendant à Aztechs, lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire 2007, fait éclater les frontières des genres et célèbre la modernité d’une littérature ciblant le cœur de l’âme humaine.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36265

Mon avis :
Lucius Shepard est un auteur à part.
À part pour les genres qu’il transgresse comme s’ils n’existaient pas.
À part pour le trop faible lectorat qui semble l’apprécier à sa juste valeur.
À part avec ses histoires courtes mais longues, riches et denses, ses histoires à la première personne où le bizarre et l’étrange se font quotidien, où l’âme humaine se voit disséquée par le scalpel de l’un des plus grands stylistes du genre.

Avec Aztechs, il avait prouvé qu’il était l’un des tous meilleurs auteurs de l’Imaginaire ; avec  Sous des Cieux étrangers, les éditions du Bélial (que l’on remercie au passage) en remettent une couche : oui, Shepard est grand. Très grand.

Plutôt que de vous résumer le début de chaque novella, je vais essayer d’évoquer rapidement – en une ou deux phrases – leur ambiance ou ce qu’elles ont convoqué chez moi. D ‘une part, parce que je n’ai pas le talent de conteur de  Shepard, d’autre part parce qu’une partie de leur intérêt découle de la surprise que l’on prend à les découvrir. Deux phrases, c’est plus qu’il n’en faut à Shepard pour vous plonger dans un univers aussi étrange que familier, dans une histoire aussi drôle qu’émouvante.  

Bernacle Bill le spatial ou quand Bill le héros galactique rencontre Des fleurs pour Algernon. Loin, très loin de la Terre qui abrite habituellement ses textes, Shepard nous raconte l’histoire d’un type, d’un pauvre type, d’un type devenu un héros. Comme toujours, la vérité est bien plus ampoulée que la légende, plus moche, c’est sûr. Plus belle aussi, un peu. 

Dead Money et ses zombies vaudou joueurs de poker et ses jolies bimbos un peu folles dans le cadre d’une Louisiane post-Katrina.

Radieuse Etoile vert, c’est un peu comme l’univers du cirque vu par Sturgeon, entre freaks et magie, c’est aussi le condensé littéraire d’une saison des Caravanes de l’Étrange (Carnivale en V.O.).

Limbo. Que cachent les fantômes qui rôdent autour des lacs ? Voici une superbe  ghost story qui n’est pas sans rappeler l’univers de certains jeux vidéos japonais (Siren, etc.).

Des É
toiles entrevues dans la Pierre s’apparente à la fois Robert Charles Wilson (Spin et ses étoiles), Michael Coney (et ses monde en suspens avec l’épée de Damoclès qui peut tomber à tout instant) et Stephen King. Quand l’univers du rock part en bad trip, qui peut dire où le voyage va se terminer ?

Lucius Shepard, c’est l’écrivain parfait, celui qui vous raconte de belles histoires, celui dont la plume mérite les plus hautes distinctions littéraires, celui qui vous touche droit au cœur et vous donne à réfléchir.

Sous des Cieux étrangers, ce sont des phrases qui concentrent tant d’idées que certains en écriraient des nouvelles, des nouvelles avec des personnages « comme nous », des personnages entraînés dans des histoires d’amour, toujours. Sous des Cieux étrangers, c’est un recueil à ranger entre Aztechs, Corps-Machine et Rêves d'Anges, les Visages de Mars et L’homme qui dessinait des Chats. Indispensable dans toute bonne bibliothèque idéale.

9,5/10 Sous des Cieux étrangers, c’est un auteur génial au sommet de son art. Cinq histoires aussi différentes que magnifiques. Quand l’arme est aussi affutée que ciselée, quand l’auteur est aussi lucide que généreux, cinq coups de poignard en plein cœur, ça fait mal. On pleure, on rit et on se dit que demain verra peut-être des cieux plus beaux – sans trop y croire… 

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article

Pef 16/08/2010 11:28


C'est noté, je cours me le procurer !


Ultrarat 01/04/2010 00:20


Je ne vais pas commenter mon commentaire. Ce serait un rien prétentieux.
Seulement ajouter que Sous des cieux étrangers est le genre de livre dont les images sont tellement fortes qu'elles vous habitent longtemps après la lecture. Le genre qu'on relit quand on a plus
rien sur sa table de chevet et que c'est dimanche et que les librairies sont fermées.


Simatural 31/03/2010 15:22


Je me permet de rajouter l'avis d'Ultrarat posté sur le forum :

"Je viens de terminer "Sous des cieux étrangers" de Lucius Shepard.
Cinq longues nouvelles de très très haut niveau. La première est la seule purement SF. Elle m'a fait penser à Outland, le film avec Sean Connery qui était un remake dans l'espace du Trains sifflera
3 fois. Superbe ambiance oppressante dans une station spatiale style usine et base de lancement pour des vaisseaux gigantesques. Les autres récits sont plutôt du fantastique, mais juste par petites
touches. Des fantômes, des zombis joueurs de poker ou des musiciens rendus géniaux par d'improbables manifestations d'un monde parallèle. Profondes humanités des personnages, superbe écriture. OK,
il ne s'agit pas d'un truc d'action avec castagne et sabres lasers, mais qu'est-ce que c'est bien. "

Tout ça pour dire que SDCE est la tuerie de ce début d'année !