Fiche n° 571 : Alice au pays des merveilles de Chauvel et Collette

Publié le par C...

Couverture :
alice-au-pays-des-merveilles.jpg
Résumé :
Le monde magique que découvre Alice en tombant dans le terrier du Lapin Blanc est sombre, effrayant... délicieusement dangereux. Il a perdu toute logique et, pour qui ne connaît pas les règles, le risque est grand de perdre la tête, au sens propre du terme !

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=35516

Mon avis :
       C'est l'histoire d'une petite anglaise, qui, un jour, eut la bonne idée de suivre un lapin blanc dans son terrier... Un chapelier fou, une chenille opiumomane, un chat qui perd la tête, et une reine qui en coupe quand ça la chante. Aujourd'hui, plus besoin de présenter Alice au pays des merveilles.

       Pourtant, comme l'oeuvre de L. Carroll n'est peut être qu'un lointain souvenir, Chauvel et Collette nous proposent ici, pas seulement une piqure de rappel, mais bien une nouvelle vision de l'histoire, un peu plus sombre encore, et manifestement influencée par le film de Tim Burton dont ils profitent de la sortie.

       Comment définir cette nouvelle adaptation donc ? Fidèle à l'oeuvre originelle ? Très certainement. Et si tant est que l'on accepte d'envisager Alice brune (comme l'était celle qui a inspiré Carroll), les amateurs du roman devraient y trouver leur compte. En tout cas, on est plus proche du livre que ne l'est Disney, et on retrouve certains personnages étranges qui manquaient au film d'animation, comme la cuisinière, ou la tortue chantante... Pourtant, les couleurs (magnifiques) ainsi que certains décors tordus ne peuvent que faire penser au film. Une sorte de chaînon manquant entre le livre et le film en somme.

       Plutôt fidèle donc, mais ce n'est pas ce qui caractérise le mieux cette Alice. Non, Alice est avant tout un objet graphique superbe, à tout point de vue. Dès la jaquette, qui cache une superbe couverture, on est scotché. Puis on ouvre, et là, même constat : magnifique, du dessin à la construction, en passant par la couleur. Tout est parfait, original, sombre certes, mais sublime. Graphiquement somptueux donc, adaptation fidèle d'une oeuvre fabuleuse, parsemée de quelques originalités, cette Alice serait-elle un chef d'oeuvre absolu ?

       Malheureusement non (je ne poserais pas la question sinon...), et pour plusieurs raisons. D'abord, parce que résumer l'histoire en 70 pages oblige à quelques raccourcis, qui donnent un rythme parfois très saccadé. Mais surtout, là où les images suffiraient en elles-mêmes, on a souvent le droit à des commentaires explicatifs d'Alice, d'une naïveté déconcertante. Une page pour dire qu'elle tombe lentement... On avait fini par le comprendre.

       Malgré tout, quand on aime ce genre d'histoires, barrées, oniriques, on finit par se laisser transporter dans cet univers décalé, enchaînant les pages une à une, presque frénétiquement, un peu comme Alice suivant ce lapin blanc, embarqués malgré nous dans un monde qu'on ne comprend pas. Sombrant un peu plus dans la folie, l'absurde, ou le rêve...

7,5/10  Superbe, magnifique, somptueux. Graphiquement, cette adaptation est tout simplement époustouflante. La narration naïve et le rythme haché peuvent peut être en repousser plus d'un, pourtant la force de l'histoire originelle reprend vite le dessus.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Louis TheSquare 21/10/2010 19:07


Superbe BD en effet.
Pour le coté naïf, je dois dire que c'est un des aspects qui m'a plus justement, dans les souvenirs (très lointain ...) que j'ai justement de l'oeuvre originale , il me semble qu'il y avais ce coté
chez Alice.

Il faudra que je le relise.