Fiche n° 567 : Les Dragons de sa Majesté (Téméraire 1) de Naomi Novik

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
temeraire_01.jpg

Résumé :
Quand le HMS "Reliant" capture une frégate française avec sa cargaison, un œuf de dragon rare, le capitaine Will Laurence sait que sa vie entière va basculer. Nommé pilote du dragon Téméraire dans les Aerial Corps, il apprend peu à peu à connaître cette créature intelligente dont l'amitié indéfectible lui sera précieuse. Car la France, dirigée par un Bonaparte plus audacieux que jamais, rassemble ses propres dragons pour transporter ses troupes sur le sol britannique. Will et Téméraire doivent se préparer sans tarder à subir leur baptême du feu…

Informations complémentaires :
tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=33954  (poche)
tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26236  (poche)
tome 3 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=27470  (grand format)
tome 4 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30061  (grand format)

Mon avis :
Bon avant de commencer, un petit mot sur la quatrième de couverture, vu la période durant laquelle se déroule l'aventure (l'année 1805), il s'agit ici de Napoléon, l'Empereur des français, et non plus du premier consul "Bonaparte". Après les protagonistes de l'histoire ne cessent d'évoquer "Bonaparte", mais c'est parce que les serviteurs de la perfide albion sont d'une insolence intolérable ^^.

    Enfin, blagues à part, nous voici en présence d'un ouvrage qui a fait parlé de lui, d'une part car il a reçu le prix locus dans la catégorie premier roman en 2007, d'autre part car l'ami P.J. (oui, oui, le même qui a réalisé les Seigneur des Anneaux) a acquis les droits audiovisuels de la série. Alors bon, avant de s'enflammer (haha...) sur un éventuel film de fantasy historique épique (rien que ça), attardons nous un peu sur la version papier de ce premier opus intitulé Les Dragons de Sa Majesté.

    Alors, il était une fois dans l'Atlantique le capitaine Laurence, aristo anglais chargé du commandement du Reliant, navire de guerre au service de l'Angleterre et de fait en guerre contre la France révolutionnaire. C'est donc ce personnage que l'on suit, du début à la fin, à travers un récit efficace servit par un style fluide, lequel ne s'attarde pas sur les descriptions d'environnements, préférant au contraire insister sur le ressenti du héros dans chacune de ses interventions. En effet celui-ci doit composer avec un nouveau genre relationnel dès lors qu'il se voit confier un impérial chinois doté de parole et aussi sensible que n'importe quel être humain. Cela donne lieu à quelques situations cocasses, Téméraire (c'est le nom du dragon) donnant son avis sur tout, avec une tendance à exprimer des idées limites révolutionnaires, ce qui fait un peu désordre. Mais au delà de ces détails amusants, c'est presque une histoire d'amour qui naît entre cet ex-capitaine de la navy et son dragon de compagnon, car dans les aerial corps, dragon et pilote sont liés à vie, pour le meilleur et pour le pire. Toujours dans la partie relationnelle, on pourra s'amuser de l'immersion de Laurence (un poil coincé le monsieur) au sein d'un corps de pilote où l'on fait un peu fi des règles de bienscéance en vogue dans les armées monarchistes (en gros des gars décontract' qui parlent anglais, ça nous donne presque des Yankees ^^. Coïncidence ou pas, Naomi Novik est née à New York).

    Mais bon, c'est pas non plus qu'une série de rapports humains, loin de là. Y'a de l'entraînement intensif, y'a de la baston, et même quelques retournements de situation qui se mèlent à tout ça, faisant progresser l'histoire à un bon rythme. Je me suis surpris à ressentir les mêmes choses que Téméraire: au moment où je commençais à m'ennuyer, Choiseul, un nouveau personnage, apparait. Et avant qu'on ait le temps de tergiverser à nouveau, l'action monte d'un ton. Bref, l'auteur sait capter notre attention et tant mieux, car il faut bien dire qu'il y a là un sacré filon à exploiter... Les guerres napoléoniennes qui prennent une dimension aérienne grâce à la figure fantastique par excellence, le dragon, j'en trépignais d'avance (l'ami P.J. aussi apparemment). Alors, petit bémol, on ne sait pas trop à quel moment de l'épopée napoléonienne on se situe car, sauf erreur de ma part, à aucun moment il n'est fait mention d'une quelconque date (du coup je me demande si je suis pas passé à côté par inadvertance). Bon on découvre finalement que l'aventure se déroule en 1805, rapport à un évènement important (lequel? C'est la surprise). Loin d'exploiter à fond la richesse de la période, l'auteur arrive tout-de-même à nous faire vivre l'inquiétude britannique face à l'éventualité d'une invasion française. Plus encore, l'écrivaine nous réserve une vraie bonne surprise scénaristique qui m'a scotché... Mais en même temps frustré. C'est un peu le reproche que je ferais à l'auteur... Des bonnes idées, mais un peu sous-exploitées, la facilité étant parfois de mise pour faire progresser son récit, sans que la tournure des évènements nous ait pleinement enthousiasmé voire convaincu (je pense notamment au dernier épisode de ce premier volume; ou encore à la capture de la frégate française au départ... Bon sur ce point il me parait probable qu'une explication viendra par la suite, mais qu'est-ce qu'un impérial chinois foutait à bord d'une frégate isolée? Pour l'instant ça reste obscur).

    Dernier aspect que je souhaite aborder: le combat. En effet c'est peut-être la principale attraction de la série, et il faut souligner qu'ils sont plutôt bien décrits, pimentés aussi, grâce à des apports judicieux comme celui de l'équipage et, conséquence directe, de l'abordage (de dragon à dragon, faut oser y aller quand même). Cependant ils sont, à mon goût, parfois un peu trop centrés sur le duo Téméraire/Laurence. Si bien que par moment on a le sentiment que le reste des combats se fige pendant que nos deux amis se battent de leur côté (j'ai trouvé ça particulièrement vrai pour l'épisode "scotchant mais frustrant").

    Bon je fais un peu mon pointilleux de service, mais ce soucis du détail, c'est aussi à mon sens ce qui différencie les bons des très bons romans. Ici nous avons de la fantasy historique divertissante qui a en outre l'avantage d'avoir pour cadre une période que l'on ne croise pas assez souvent à mon goût, celle des épisodes révolutionnaires/napoléoniens. De plus il ne s'agit ici que du premier opus d'une série qui a toute la matière qu'il faut pour prendre davantage d'ampleur (et puis l'ami PJ va en faire des films, donc si on veut pouvoir gueuler sur les incohérences de l'adaptation, il faut lire le livre avant ^^... Encore qu'ici les retouches scénaristiques accompagnant le changement de support ne devraient pas être trop compliquées à faire). Dernière chose, Téméraire est en cours de parution en format poche (les deux premiers sont déjà dispos), ce qui nous offre un divertissement tout ce qu'il y a de plus honnête à un prix tout ce qu'il y a de plus abordable. Donc si vous avez l'âme d'un pilote de chasse, n'hésitez pas ;).

    7/10 la note doit beaucoup à l'idée de base, qui est simple mais bonne : des dragons projetés au coeur des guerres napoléoniennes, what else? Elle doit aussi au style de l'auteur qui est empreint de légèreté. Mais pour l'instant, ça ne dépasse pas le bon divertissement, la faute à un léger manque d'audace, à un manque de détails aussi lorsqu'arrive les moments clefs (ben ouais on aimerait bien un peu plus d'explications quand même, histoire de franchir un palier dans la qualité de l'histoire ; idem pour les personnages, on aimerait que certains soient davantage fouillés, je pense à Choiseul par exemple). Donc voilà : une bonne note pour une copie soignée, mais un peu trop scolaire, donc peut mieux faire.


Léo

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

Léo 19/03/2010 17:06


Lol, du coup j'en viens à me demander si je vais bien lire la suite ^^. Enfin j'ai le volume 2 sous la main donc je pense que je vais continuer. Mais c'est vrai qu'il y a des choses frustrantes. Le
combat final par exemple (super idée au passage). Les Français ont débarqué, ils ont deux fois plus de dragons,et pourtant ils se replient sans plus d'explications que ça (bizarre, étant donné leur
supériorité numérique, que le vaisseau amiral ne soit pas mieux protégé; bizarre aussi, qu'une fois le danger téméraire identifié, il n'y ait pas eut deux ou trois dragons lourds pour se ruer
dessus. De plus, d'après le "bestiaire" que l'on trouve à la fin, les Français sont censé avoir des cracheurs de feu, les flammes-de-gloire si je me rappelle bien, or, sauf erreur de ma part, ils
ne sont pas mentionnés lors du débarquement, ce qui, étant donné l'importance de l'opération, paraît pour le moins étrange.
Le fait qu'aucune explication ne soit fournie quant à la passivité extrême d'une force censé être largement supérieure, d'un point de vue quantitatif (dans les airs) ou qualitatif (pour les troupes
au sol), rend le tout un poil superficiel. Je ne demandais pas un traité de stratégie, on est d'accord, mais un peu plus de détails nous auraient permis d'y croire vraiment. Pareil, je le mentionne
dans la chronique, un personnage comme Choiseul (excellente idée que son introduction) aurait mérité d'être plus détaillé, ce qui aurait rendu certains évènements plus prenants/tragiques encore (si
tu vois à quoi je fais référence).
Après, encore une fois, c'est du bon divertissement, et en plus ça se lit vite. Cependant ça manque d'ampleur, malheureusement. Si comme tu le dis, l'auteur n'exploite toujours pas pleinement ses
idées par la suite, espérons au moins que l'atmosphère tragique (au hasard, la guerre et ses conséquences, comme la perte de camarades au combat par exemple) ira crescendo, sinon ça finira
catalogué comme "littérature jeunesse" ^^.


Simatural 19/03/2010 16:23


Tout à fait d'accord : une série sympa mais qui manque d'ambition. C'est encore plus flagrant dans les tomes suivants où l'auteur passe sous silence nombre de propos et de développements que l'on
aimerait voir approfondis. Enfin, ça reste toujours très divertissant. J'ai lu quelque part (mais je ne sais plus où...) que le cinquième tome devrait débarquer en GF en fin d'année. Cool !