Fiche n° 541 : L'Ange blond de Laurent Poujois

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
Ange_Blond.jpg

Résumé :

Sujet : LEFÈVRE, Aurore
Âge : 26 ans
Signalement : 1m68, 50 kg, blonde, yeux verts.
Nationalité : Européenne (France)
Formation : Légion Impériale (six ans de service actif, diplôme de stratégie spatiale, grade de commandant, démissionnaire)
Profession actuelle : Éducatrice pour biônes / Maître-orchestreur (nom de scène : der Blonde Engel)
Signes particuliers : Indisciplinée +++/ Dangereuse
Mission : Démanteler la conjuration menaçant l’impératrice Caroline Bonaparte.
Note : Ne coopérera pas sans y être contrainte…

Fiche synthétique de l’ACI
(Agence Centrale Impériale)
 
Thriller d’espionnage au cœur d’un empire napoléonien contemporain, L’Ange Blond est une uchronie foisonnante, une aventure haletante, rythmée par des scènes d’action cinématographiques. L’héroïne y apporte une touche d’élégance et de féminité, doublée d’une impertinence qui séduira tous les lecteurs.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36113

Mon avis :
Après Johan Heliot et Xavier Mauméjean, c’est à Laurent Poujois que revient la lourde responsabilité d’arborer haut et fort le flambeau de l’uchronie made in Mnémos. Et si l’on pouvait penser que le passage de témoin ne se ferait pas sans heurt pour cet auteur qui sévissait jusqu'alors dans la littérature jeunesse, ce dernier arrive rapidement à nous convaincre du contraire avec une SF certes uchronique mais foncièrement différente des ses aînés, bien plus musclée. Non, vraiment Laurent Poujois n’a pas à rougir de ses prédécesseurs ni Mnémos de son nouveau poulain.

 « Putain ». Je ne vous apprendrai rien : ce terme désigne une dame qui loue sa vertu contre monnaie trébuchante. C’est aussi un juron fort vulgaire qui ne peut en aucun cas commencer un roman. Pourtant, L’ange blond débute ainsi, une entrée en matière surprenante et spectaculaire pour un roman qui ne l’est pas moins. Fort de plusieurs expériences dans le cinéma, Laurent Poujois nous offre 300 pages hautement divertissantes mises en scène par une plume efficace, furieuse et cinématographique. Vous avez aimé Carbone modifié ou Les Aux’, jetez donc un coup d’œil à l’Ange Blond. De l’action, du frisson, de l’espionnage, de l’humour, des personnages truculents, stéréotypés, aux traits volontairement marqués, un cadre uchronique riche, le cocktail molotov concocté par l’auteur grenoblois fonctionne à merveille et devrait sans peine réussir à vous enflammer. 
 
Mais L’ange Blond, c’est avant tout Aurore Lefèvre, une James Bond Girl qui n’a rien d’angélique si ce n’est sa jolie frimousse ; une tête brûlée qui n’a pas froid aux yeux, en témoignent ses longs sauts en chute libre... L’action, justement parlons-en ; lors des scènes d’action, l’auteur a recours au présent pour gonfler artificiellement le rythme et doper les exploits de son héroïne. Ce changement de temps m’a d’abord rebuté (en effet, je fais parti de la vieille école : un livre, un seul système de temps) mais force m’a été de constater que le présent accélère encore le tempo par sa spontanéité naturelle. Utilisé avec parcimonie, ce procédé plonge le lecteur au cœur des péripéties : on est avec Aurore, on vit ses prouesses avec elle.

7,5/10 Une fois refermé lAnge blond, il reste cette impression que vous avez peut-être ressentie à la sortie d’un bon gros blockbuster hollywoodien : celle d’en avoir pris plein la tronche ; et puis un nom, Laurent Poujois, celui d’un auteur à surveiller. Ce que l’on ne manquera pas de faire.

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article

fanorise 28/02/2010 11:57


ah mais voilà des descriptions qui sont d'enfer comme disent les jeunes !