Fiche n° 553 : Avant-première : De Fièvre et de Sang de Sire Cédric

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
fievre_sang.jpg

Résumé :

Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang dans un endroit qu'elle ne connaît pas. Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle...
 Le ton est donné dès les premières lignes : suspens, angoisse, traque, horreur, crises de démence, folie meurtrière, rite satanique... Le commandant Vauvert en compagnie d'une profileuse albinos, Eva, va tenter de remonter la piste d'un tueur en série, connu pour vider entièrement ses victimes de leur sang. L'enquête est ouverte...
    
Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=36501

Mon avis :
Amateurs de thriller horrifique, réjouissez-vous ! Ne vous laissez pas abuser par la quatrième de couverture, vous n'allez pas avoir droit à un dérivé gothique de Dexter.

Pendant toute ma lecture de ce livre, j'ai été glacé, transi. Je cherchais des sensations, je les ai eues. Sire Cédric développe tout au long des pages une ambiance extraordinairement glauque et malsaine à grands renforts de meurtres, de rituels et d'hectolitres d'hémoglobine.

Le récit démarre par l'intervention de commandants de police pour sauver une jeune fille des griffes de tueurs psychopathes mais les choses dégénèrent vite et le récit sort rapidement du strict cadre du thriller avec profiler et tutti quanti. J'ai craint une vulgaire repompe d'un Thomas Harris, il n'en est rien, loin de là.

La terreur des victimes est retranscrite à merveille et les scènes de meurtres vous tordront les boyaux. L'accumulation de détails vire parfois au rayon boucherie-charcuterie, digne d'un Clive Barker, période Cabale ou Jeu de la Damnation mais si vous recherchez du frisson, vous ne serez pas déçu. Si l'ambiance est plombée à souhait, Sire Cédric ne délaisse pas pour autant les scènes d'action menées tambour battant à coups de phrases courtes et incisives qui ne laissent pas le lecteur reprendre son souffle. C'est une autre qualité de l'auteur : son style est diablement concis et efficace.

Au rayon des points positifs, j'ajouterais encore la scène du concert (We are Moonspell !) et l'évocation de l'underground ainsi que le pourquoi du comment des meurtres, que je ne vais évidemment pas dévoiler mais qui pioche dans un folklore original.

Les points négatifs (il en faut bien un peu) : les personnages sont parfois un peu clichés, surtout les hommes. Le personnage principale féminin, Eva, compense cette faiblesse relative grâce à son originalité. Le gros point noir reste pour moi l'ultime conclusion que je trouve un peu vite expédiée mais je vous laisse juge.
De fièvre et de sang est le premier récit de Sire Cédric que je lis. Avec un nom de plume pareil et à lire la quatrième de couverture, j'ai ri sous cape. Une fois refermé le livre, je ne riais plus. J'en redemandais.

7.5/10 et non pas 8 car la conclusion m'a laissé un brin sur ma faim. De fièvre et de sang est un excellent bouquin de terreur qui n'a pas à rougir de la comparaison avec les anglo-saxons. Encore un ou deux ouvrages de cette trempe et Sire Cédric pourra même leur donner des leçons.

Winter

Publié dans Critiques Fantastique

Commenter cet article