Fiche n° 539 : Samurai - Premier cycle de Di Giorgio et Genêt

Publié le par C...

Couverture :
samurai.jpg
Mon avis :
       Il est difficile de parler de Samurai sans comparer cette série à Okko, ne serait ce que parce que celle si est sortie quelques mois seulement après, et que ça se sent.Ici, l'histoire se passe dans un Japon médiéval teinté de fantastique (magie, monstres...).

       Comme dans Okko, on suit les aventures d'un ronin, Takeo. Il est accompagné d'un disciple, Shiro, qui joue le rôle exaspérant du bouffon de service, idiot, crédule, maladroit, curieux, lent, ne pensant qu'à manger... Une vraie caricature sur pattes en somme. Takeo, lui, est l'archétype même du ronin lointain et distant, au passé mystérieux. Très caricatural aussi, mais nettement moins horripilant.

       Malgré ces caricatures apparentes, le tout fonctionne quand même relativement bien, sans bien sur être transcendant. L'univers est plutôt bien fouillé et l'histoire, bien qu'assez classique, se laisse lire plutôt agréablement. Une nouvelle fois, il faut passer outre certains clichés, comme par exemple ces trois méchantes soeurs de l'ombre, cliché à elles seules, qui se retrouvent en fait être de vraies bombes sexuelles (c'est sur, ça vend mieux...). Mais bon, je le répète, malgré ces quelques défauts, l'ensemble est loin d'être repoussant.

       Graphiquement, même comparaison à Okko. Les couleurs paraissent beaucoup moins "informatisées" (je sais que beaucoup reprochent ça à Okko, ce qui n'est pas mon cas), et sont donc bien plus douces, mais aussi beaucoup plus fades. Mais peut être y a t il ici une réelle volonté de créer une ambiance plus paisible, presque contemplative.
 
       Après tout, pourquoi pas ? Quoi qu'il en soit, cela permet de jouer sur les contrastes avec les scènes d'action pure, et l'effet est plutôt réussi. En tout cas, pour en finir avec les couleurs, je trouve que l'auteur gère quand même beaucoup mieux les teintes sombres. Pour le dessin en lui-même, il n'y a pas grand chose à redire, assez sobre, plutôt joli, tant pour les décors que pour les personnages (sauf les barbes !!!).

       Au final, Samurai ne souffre pas de défaut majeur. En tout cas, pas visuellement. Dans un monde plus réaliste qu'Okko, la série pêche essentiellement par ses trop nombreuses caricatures. Le tout fonctionne donc moins bien, mais suffisemment quand même pour lire les 4 tomes avec plaisir.


Tome 1 Le coeur du prophète

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=16270

6/10  Histoire classique d'un ronin et de son bouffon, protégeant bon gré mal gré une petite fille, pourchassée par 3 cavalières de l'Apocalypse, envoyées par le grand méchant, pour une histoire de prophétie et de domination du monde. L'histoire oscille entre une simple traversée de multiples paysages et une traque haletante, menant au refuge dans un monastère. A noter, l'utilisation de la célèbre technique du "oh mon dieu !! Il est mort ??" à la fin.

Tome 2 Les sept sources d'Akanobu

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=19077

6.5/10  Le suspens de la fin du premier tome est résolu en 2 pages, afin de passer à autre chose. A savoir une menace qui pèse sur l'Empereur et son Empire : le treizième prophète. Ce tome se résume en une quête du sanctuaire du terrible Akuma, le tout parsemé de nombreux approfondissements du passé de Takeo, ce qui donne un intérêt supplémentaire à ce tome, déjà assez bon.

Tome 3 Le treizième prophète

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26195

6/10  Après un début moins classique, on retourne sur cette traque et cette figure pesante de la soeur de l'ombre à leurs trousses. Le passé de Takeo se précise encore. La fin part cependant un peu dans tous les sens, avec révélations, explications et... caricatures.

Tome 4 Le rituel de Morinaga

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30163

7.5/10  Plus abouti visuellement (avec une scène de bataille sur 3 pages assez sympa), surtout au niveau des couleurs, ce quatrième tome achève la série avec brio. Action du début à la fin, moins de caricatures, moins de facilités (quand même un peu). On a quand même une légère impression de précipitation dans la cloture de la série. Retournements trop rapides, nombreuses questions sans réponse.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article