Fiche n° 520 : La Zone du Dehors d'Alain Damasio

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
zone_dehors.jpg

Résumé :

2084. Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés ! Le citoyen ne s'opprime plus : il se fabrique. A la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu'on forme, tout simplement. Au cœur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le Dehors est leur espace, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution. En perdant beaucoup. En gagnant tout.

Informations supplémentaires :

http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=24078

Mon avis :

Premier roman pour Alain Damasio, le deuxième que je lis après La Horde du Contrevent (magistrale claque dans ma pauvre tête…), La Zone du Dehors est un roman d’anticipation dérangeant, tant par la plume envol(t)ée de Damasio que par l’univers résolument oppressant dans lequel évolue les personnages.

Et en fait d’univers, c’est une seule ville que nous fait ici découvrir Damasio, Cerclon, bâtie sur un satellite de Saturne, et censée représenter un modèle de démocratie pour les générations futures. Cette société se base sur le contrôle de l’individu et le classement omniprésent des citoyens. Le Clastre, système référençant chaque personne et lui attribuant un nom en fonction de sa place : le Président se nomme A, ses ministres B, C, et ainsi de suite jusqu’à Z. Notre Héros s’appelle CAPTP, raccourci en Capt, ce qui donne un aperçu de la gestion désuhmanisée des citoyens. L’effet est extrêmement bien réalisé, la sensation de froideur impregne totalement le lecteur, mais est repoussée par les réflexions de Capt sur la société, la démocratie, la liberté d’expression, et autres fondements majeurs de l’humanité.

Les références  sont nombreuses, Orwell, Nietzsche, Rousseau, Caroll, et étoffent le roman d’allusions, de citations, qui donnent à tous les personnages une profondeur et une humanité rare dans ce monde froid et impersonnel.
Que dire de la plume de l’auteur, si ce n’est qu’elle subjugue le lecteur pour le transporter dans l’univers qu’il crée de manière si facile, si déconcertante, que cela parait tout à fait naturel de s’insurger contre la société de Cerclon ou de vibrer devant le Dehors…Ceux qui ont lu La Horde du Contrevent ou La Zone du Dehors me comprendront surement, ceux qui n’ont rien lu de Damasio auront j’espère envie de le découvrir en lisant ces lignes.

Si je devais mettre un bémol à cette critique dytirhambique, ce serait pour pointer du doigt l’écriture parfois un peu trop contemplative, qui part des fois tellement loin que cela en devient presque trop, on est parfois perdu.
Evidemment c’est très passager, et l’ensemble est tellement génial que l’on passe très vite là-dessus, mais il me semblait nécessaire d’évoquer cela.

Mais si vous n’avez jamais lu Damasio, je ne peux que vous pousser à lire ce livre, véritable bijou de SF d’anticipation.

8/10 La Zone du Dehors reprend les lourdes tendances sécuritaires et opressantes de notre monde pour les transposer dans une société futuriste, en 2084 (Orwell oblige…), où Capt mène sa Volte contre la société. Un chef d’œuvre du genre.


Etienne

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article

tylerpitt 02/12/2010 19:24


Ce livre est réelement superbe,
Encore une fois, une très bonne critique, mais avec en plus une découverte ... eh oui, même un chef d'oeuvre peut chopper un petit 8/10 ...


Pouliquen 07/02/2010 19:56


Tout à fait d'accord, très bon livre. Malgré quelques passages très philosophique où je n'ai rien capté (lol), qu'importe, on se laisse emporter par le style de Damasio.

Le passage sur le sabotage de la tour est incroyable, et mention spécial pour le personnage de Slift aussi impressionnant qu'amusant.


Pef 07/02/2010 15:36


Eh bien je suis heureux de lire ce commentaire, puisque, belle coïncidence, je viens moi aussi de finir ce livre. Et je l'ai adoré, tout comme la Horde du Contrevent. J'ai été subjugué par tant de
maîtrise et de force. A lire !
Et si je peux me permettre, j'ai écrit un petit article dessus ici : http://www.livresfantastiques.fr/forum/viewtopic.php?id=881